Polyphia – The Most Hated

Pas de commentaires      575
Style: instrumental prog metal/electroAnnee de sortie: 2017Label: Sony Music Entertainment

Fondé en 2010, Polyphia est un groupe de metal progressif instrumental ayant gentiment « buzzé » sur youtube avec leur titre « Impassion » (issu de leur premier EP Inspire – 2013). Les quatre membres du groupe ont beau avoir la dégaine d’un boys band en puissance, ces derniers ont réussi à faire taire les médisants grâce à une technique irréprochable alliée à un sens de la mélodie des plus affiné, si bien qu’Equal Vision les a fait signer un deal, que des premières parties renommées leur ont été proposées (Between The Buried And Me, Periphery…) et que quelques guitaristes confirmés (venant de Born Of Osiris, Chon ou Intervals) sont venus pour un petit featuring. Bref, tout sourit à Polyphia, mais voilà qu’arrive The Most Hated, un nouvel EP au contenu aussi provoquant que son titre.

Car Polyphia a décidé de moderniser son propos. Déjà musicalement très ouvert, le groupe a bouleversé ses compositions, principalement au niveau de la batterie, désormais quasi exclusivement synthétique. Le metal progressif virtuose est désormais rejoint par un côté quasi trap (avec ces basses caractéristiques), blindé d’ambiances vaporwave et d’effets issus du monde du hip hop (avec même des samples vocaux sur « Goose »). Un grand écart stylistique qui choque à la première écoute mais qui, la surprise passée, parvient à séduire.

Avec leur technique toujours au top, les deux guitaristes se livrent à une joute de notes parvenant à demeurer limpides. Capturant la sensibilité du post-rock, la complexité du math-rock et la force du djent avec une énergie souvent renversante (l’incroyable « 40oz », titre le plus dans la veine de Chon), Polyphia renouvelle le genre avec originalité et désinvolture (l’artwork discutable mélangeant bling bling et esthétique de vieux ordinateurs, à vérifier dans leurs vidéos).

Les réfractaires à l’electro et aux batteries synthétiques auront certainement du mal avec cet EP (un coup de frais donné au genre qui passera certainement pour du mauvais goût) mais ces jeunots tiennent vraiment là quelque chose. Six titres douteux – pour ne pas dire WTF – au départ devenant vite réjouissants.  Assez surpris au final d’apprécier cette curiosité, mais nul doute que beaucoup prendront le titre au pied de la lettre pour forger leur avis.

  1. Loud
  2. Icronic
  3. Goose
  4. 40oz
  5. Crosty
  6. The Worst
beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *