First Rage – Les Liens Du Son

1 Commentaire      1 331
Style: rapcore/néo metalAnnee de sortie: 2017Label: autoproductionProducteur: Anthony Chognard

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas jeté une oreille sur un groupe fusionnant hip hop et metal, français de surcroît ! Pas vraiment adepte de ce mélange depuis la l’explosion puis la quasi disparition intégrale de la scène néo, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avec cet album de First Rage, groupe lorrain formé en 2012.

Puis j’ai découvert le clip de « Fais-le » et force est de constater que les mecs sont forts pour mêler groove et puissance, le tout avec un refrain immédiatement mémorisable. La puissance dégagée tant par les riffs que par les deux vocalistes (parfaitement complémentaires), sans oublier le DJ ayant un court passage central rudement efficace, permettent de nous livrer là un très bon single. Dans la lignée de Smash Hit Combo, First Rage balance sur ce titre (puis les autres) un son typique frenchcore tel qu’on l’a connu il y a quelques années mais boosté par un son bien fat masterisé par un certain Magnus Lindberg (Cult Of Luna) et par différentes thématiques parfois très actuelles (quoique déjà un peu passées, comme par exemple la mention de l’article 49.3 et de Nuit Debout pendant « Qu’est-ce que tu vas faire ») balancées avec énergie. Le flow (essentiellement en français, sauf pendant le violent « The March Of The Wild One’s ») est puissant et intelligible (détail que l’on regrettera peut-être un peu pendant le trop provoc « Sale »), contrasté par quelques surprenants lâchages de chiens (les growls sur le final de « Odyssée ») et des refrains mélodiques lorgnant du côté de Deftones ou d’Incubus (des débuts) plutôt prenants (« Fil Rouge », « Odyssée »).

Financé l’an dernier via une campagne Ulule, Les Liens Du Son est un puissant retour d’un style plus tellement en vogue. First Rage possède un champ d’action très ouvert, permettant de ne pas simplement les considérer comme une actualisation de Pleymo ou d’Enhancer (bien qu’à l’époque ils n’auraient certainement pas dépareillé au sein de la Team Nowhere !). Même si tout n’est pas parfait et que certains détails font un peu grincer des dents (notamment la cover où l’un des membres arbore un tshirt digne du Goéland de la grande époque), on passe au final un moment plutôt agréable. J’imagine que si vous êtes en manque de « jumps », un concert de First Rage est sûrement le plan idéal.

  1. Triste Constat
  2. Fais-Le
  3. Qu’est-ce que tu vas faire
  4. Sale
  5. Fil Rouge
  6. Prof de Lettres
  7. Odyssée
  8. The March Of The Wild One’s
  9. Interlude
  10. On Adore ça
  11. L’équipe de nuit
  12. LLDS
beunz

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Hororo says:

    Non, mais non, juste non. Le chanteur « rappeur » (avec des dread locks…) qui ne fait que rimer rapidement sans aucun flow, l’horrible son de basse a la Korn tout droit sorti d’une vielle production du milieu des annees 90… Serieusement, il faut que ce genre de groupe disparaisse a jamais,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *