Dormant Ordeal – We Had It Coming

1 Commentaire      419
Style: Death MetalAnnee de sortie: 2016Label: Autoproduction

Imaginez une terre dévastée par une guerre millénaire. Un paysage de boue et de cendres, un charnier jonché d’os et de lances. Imaginez un monde qui ne connait plus le Soleil, théâtre de la dernière bataille entre deux royaumes. Du sommet de la plus haute montagne, balayé par le vent et le feu, une divinité antique ordonne son armée de monstres sanguinaires ; depuis son château décrépit, un vieux roi, rendu fou et aveuglé par la rage, pousse vers la mort ses braves soldats. Imaginez, si vous le voulez, un détachement de mercenaires nains sales et hirsutes, des héros aux armures autrefois étincelantes, de pauvres hommes rincés par un déluge perpétuel. Les épées claquent contre les boucliers, les monstres rugissent, le tonnerre gronde, l’attente est insupportable.

C’est une interprétation toute personnelle inspirée par la superbe pochette dessinée par Kuba Sokólski (à qui l’on doit également les visuels de Ufonaut du groupe Entropia), mais également par mon ressenti lors des multiples écoutes de We had it coming du groupe Dormant Ordeal.

Sorti en 2016 et autoproduit, le 2e album de Dormant Ordeal est un fier rejeton de la scène Death-Metal polonaise. Véloce, carré, empreint ici et là de discrètes couleurs orientales, et surtout chargé d’une puissante aura héroïque et guerrière. Mais n’y cherchez aucune trace folk (pas de flutiau mièvre, ni de dragon ou de princesse, et encore moins de hobbit à dos de poney) ; cette énergie-là est froide comme la mort, violente et désabusée. Les textes parlent de nos doutes et de nos erreurs, et des conséquences funestes de nos actes, avec de réguliers détours vers la mythologie (le premier titre, « The Mist », évoque Icare et Dédale) ou l’histoire (« A dim remember » semble faire référence à Oppenheimer).

Excellemment produit (ni trop, ni pas assez), d’autant que le groupe n’a pas de label, cette galette de 35 minutes se comparera forcément aux productions similaires de la scène polonaise. Et si leur premier album It rains, it pours mettait en évidence une filiation musicale avec Decapitated, le groupe a travaillé ses différences et trouvé sur We had it coming son propre langage. Aux blasts mécaniques s’ajoutent un certain groove, contenu et algide, et des dissonances qui ne sont certes pas très originales (pensez Gorguts, Ulsect, voire Morbid Angel par moments), mais appuient parfaitement le propos. Ponctuellement, une mélodie quasi épique donne un peu d’espoir dans ce champ de bataille dominé par le fracas des coups mortels. A noter enfin le chant de Maciej Proficz, profond et intelligible, qui œuvre sur un ton narratif et laisse à la musique toute latitude pour construire les décors.

Les épées claquent contre les boucliers, les monstres rugissent, le tonnerre gronde, l’attente est insupportable. Si j’ai découvert We had it coming à la bourre, je compte bien être aux premières loges pour connaître la suite. Qui du vieux roi fou ou de l’antique déité l’emportera, combien de corps mutilés le sol maudit saura-t-il encore engloutir, Dormant Ordeal trouvera-t-il un label à même d’amener le groupe à jouir de la reconnaissance qu’il mérite?

Tracklist :
01 – The Mist 4:03
02 – Stoning 4:31
03 – A Dim Reminder 5:01
04 – Derangement Zone Pt.1 5:15
05 – Derangement Zone Pt.2 3:49
06 – Sleeping Grounds 4:00
07 – Conspiracy Within 2:20
08 – Tar 4:18

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. RBD says:

    Eh bien merci car j’ai été vite conquis. J’ai accueilli cela comme du Death moderne, dans la direction d’Ulcerate, un peu les vieux Gojira en plus sombre, mais avec sa thématique propre qui y donne un certain souffle. Je pense que c’est dans cette direction qu’un renouveau créatif du Death vient peut-être, là où le Brutal, le Technique et l’old school mid tempo se contentent de maintenir la flamme. D’ailleurs c’est la première fois depuis très, très longtemps qu’un groupe Polonais me séduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *