Interview First Blood

Pas de commentaires      204
Style: hardcore metalAnnee de sortie: 2017Label: Pure Noise Records


Interview de Carl Schwartz (chant) réalisée le 19 Novembre 2017:

1. Première question typique de début d’interview, est-ce que tu peux nous présenter First Blood ?

Je m’appelle Carl, je chante dans First Blood qu’on a commencé du côté de San Francisco en 2002, j’écris la plupart des musiques du groupe. Cela fait maintenant sept ans que j’habite en Europe – plus précisément en Suède – où on tourne la plupart du temps désormais. Et puis donc on a sorti en février cette année notre album Rules.

2. Un nouvel album qui a mis sept ans à sortir, Silence Is Betrayal datant de 2010, que s’est-il passé depuis outre ton déménagement ? C’est que vous prenez autant de temps que ça pour écrire et composer ?

Oh c’est simplement que ma vie a connu quelques nouvelles priorités: je me suis marié, j’ai eu un gosse, et surtout j’ai débarqué dans un nouveau pays où j’ai dû apprendre à m’adapter, ça m’a pris un bon moment. Puis une fois bien installé, on a enfin pu se réunir avec les autres gars du groupe, quand on s’y est mis on a été efficace puisqu’on a tout écrit et composé en quelques mois.

3. Pour Rules vous avez une nouvelle fois changé de label, débarquant cette fois chez Pure Noise Records, comment cela s’est passé ? Vous les avez démarchés ou ce sont eux qui se sont montrés intéressés ?

C’est par l’intermédiaire de Jesse, le chanteur de Stick To Your Guns, c’est un très bon pote et comme son groupe est signé là-bas, il nous a fait une bonne pub auprès de Pure Noise, il a été un peu comme un entremetteur pour notre signature. Vraiment, on lui doit énormément, il nous a été d’une grande motivation dans la composition de l’album, nous aidant à nous focaliser sur toutes les choses qui valent la peine et nous donnant des conseils sur comment ne pas perdre notre temps. On a revu notre vision des choses grâce à lui.

4. Et c’était une manière de le remercier de l’inviter à poser sa voix sur un titre du nouvel album ? C’est un morceau écrit spécialement pour l’occasion ? (« Rules Of Conviction »)

Bien sûr, c’était comme une évidence ! J’ai écrit ce morceau comme d’habitude puis je me suis focalisé sur la partie de Jesse en m’imaginant sa voix la chanter. Je fais ce processus de temps en temps en pensant à des potes qui pourraient faire des featurings sur nos titres, genre mon pote Kobo (?) du Japon pour lequel j’ai pensé à une partie bien méchante avec de grosses moshparts, j’aimerais aussi faire ça pour Karl d’Earth Crisis mais je sens que ça va être la croix et la bannière !

5. Vraiment ? On peut espérer ça pour le prochain album ?

Oui mais le souci c’est qu’il n’a même pas de portable ! Il n’aime pas ça ! Mais on garde espoir, on va essayer, pour lui j’imagine une partie mélodique un peu comme celle de Jesse sur notre album. J’espère que ça le fera.

6. Oui croisons les doigts pour que ça marche ! Pour en revenir à votre dernier album, Rules traite comme son nom l’indique toutes ces règles contre lesquelles vous vous révoltez. Est-ce que vous l’avez composé comme un concept-album dès le départ ?

Oui complètement, je voulais que chaque chanson contienne un questionnement sur les règles qui régissent nos vies, pourquoi nous les suivons même si elles ne sont pas toujours nécessaires, ou bien encore comprendre leur sens ou leur valeur. J’ai toujours eu du mal à comprendre comment les gens n’arrivent pas à prendre de décisions pour et par eux-mêmes, qu’on ait constamment besoin d’une haute autorité. Et puis que finalement beaucoup de gens soient cons, immoraux. Bref, tout ça c’est juste plein de questions que je me pose à propos des règles. Bien sûr on a besoin de règles pour bien vivre en société, les gens les connaissent mais tellement proviennent de bouquins ou de règlements, qui peuvent être passés, désuets, et les gens les suivent toujours sans réfléchir. Mais au final ce sujet fait aussi un peu office d’introspection parce que, bien entendu, moi aussi je suis ces règles depuis mon enfance, elles jalonnent mon parcours jusqu’à aujourd’hui.

7. Et donc il y a eu chez toi comme un déclic ? C’était le bon moment pour parler de ce sujet dans un album ?

Je pense oui. Tu vois, les règles on les suit depuis l’école, par nos parents, puis à ton premier boulot. Partout. Puis par exemple quand tu as tes premières emmerdes avec la police aussi. Bref, je préfère suivre ma propre voie: j’ai dévoué ma vie à la musique, je passe ma vie sur les routes à tourner et j’essaye de développer ce fort esprit de camaraderie, quasi familial, qu’on trouve entre les concerts avec les groupes et les mecs autour. Je suis supposé avoir un vrai boulot, une vie dans les clous. Mais j’ai choisi de vivre de ma passion, de la chose que j’adore faire par dessus tout, jouer de la musique pour des kids qui ont souvent moins de la moitié de mon âge. Et je ne préfère pas imaginer avoir une pauvre vie d’employé de bureau, échanger la chose que tu préfères par celle que tu détestes, tu vois. Donc voilà, j’essaye de me distancier de ces règles tout le temps, mais elles te suivent perpétuellement, quel que soit ton âge, ton milieu social. Il y en a juste une qui nous met sur un pied d’égalité, c’est qu’à la fin on meurt ! Et je préfère mourir sans regret, en ayant fait ce que j’aime. Alors quelles règles suivre, les leurs ou les miennes ? Je sais pas, je sais pas…

8. Oui on a là l’essence du hardcore: « My life, my rules ». Et comment a été l’accueil de ce nouvel album ?

J’ai lu quelques chroniques, certaines bonnes, certaines mauvaises. Mais quand les chroniqueurs nous connaissent, connaissent notre vision des choses, les retours sont excellents, ils disent qu’on est toujours heavy, avec toujours l’esprit « edge », que nos lyrics sont politiques et conscients, bref on est assez d’accord avec ceux-là. Après, les principaux reproches qu’on a eu sont peut-être le fait de n’avoir pas tant que ça évolué au niveau du son, certains voudraient plus de mélodies, des envolées ou que sais-je, on est un « mosh band » merde !

9. Oui d’ailleurs, on peut dire qu’à côté de Stick To Yours Guns, Being As An Ocean et Silent Planet, vous êtes le groupe le plus brutal de cette tournée ! Est-ce que cette différence de style ne vous a pas mis un peu plus de pression ?

Oh si, j’étais même très nerveux avant que la tournée ne débute. Notre musique est brutale, rapide, je gueule tout le temps, je me disais qu’on allait peut-être faire peur aux fans de mélodies. Mais les retours ont été très bons à chaque show. Mais d’un autre côté Stick To Your Guns a un passé plus heavy, et les deux autres groupes aussi. Et puis on a tellement tourné avec les mêmes groupes aux sons très proches les uns des autres, donc du renouveau ça fait du bien. Tu vois Being As An Ocean, ils ont commencé assez proches de notre son avant de partir vers des trucs plus progressifs, aériens voire electro, bah voilà ils ont quasiment inventé leur propre genre. Silent Planet est le groupe le moins exposé de la tournée mais ils m’ont séduit avec leur son. Bref, en plus d’être en contact chaque soir avec des groupes plus qu’excellents, leurs membres sont adorables. Donc je n’ai plus du tout de nervosité !

10. Ces groupes représentent une nouvelle vague du hardcore metal alors qu’avec ton groupe, vous êtes davantage dans une facette plus « traditionnelle » du genre. Tu as un avis sur la scène actuelle et son évolution ?

C’est marrant que tu dises ça car quand on a commencé on nous catégorisait « new school » ! Je n’ai pas vraiment d’avis, c’est juste cool de voir des jeunes mettre toute leur passion dans leur musique. Bien sûr à côté tu as aussi des pseudo groupes qui font ça pour le paraître et ceux-là on ne les écoute pas et on ne s’intéresse pas à eux. Non mais là sur ce début de tournée, on a tous les soirs des jeunes qui viennent à notre table de merch pour nous dire qu’ils n’avaient jamais entendu parler de nous avant, et ça c’est juste incroyable, la sensation d’avoir conquis de nouveaux fans, tout aussi passionnés que les anciens.

11. Qu’est-ce qu’on peut trouver dans ta playlist actuelle ?

Ma playlist actuelle ne contient ni metal, ni hardcore. J’ai Spotify où j’écoute surtout des playlists classiques, surtout de piano, ça m’aide en quelques sortes à revenir dans la « vraie vie ». J’ai une histoire personnelle avec la musique classique, mon père m’a forcé à apprendre le violon dès mes 7 ans puis avec le temps je m’en suis éloigné en découvrant le metal et le hardcore, mais j’y reviens régulièrement. Je ne ressens pas le besoin d’écouter du hardcore metal vu que je le retrouve tous les soirs en concert, puis je pense que je finirais par devenir dingue si j’en écoutais vraiment tout le temps.

12. Et quel est ton top 3 des meilleurs groupes de tous les temps ?

Metallica viendrait en numéro 1, j’aurais jamais joué de guitare si je ne les avais pas connus. Guns’N Roses en numéro 2, même raison que pour Metallica, je me suis d’ailleurs aussi mis à la basse grâce à eux, et en hardcore je dirais Hatebreed. Allez je peux même te faire un top albums pour chacun: And Justice For All , Appetite For Destruction et Satisfaction Is The Death Of Desire qui sont certainement les trois albums que j’ai le plus écoutés de toute ma vie. Le Hatebreed étant d’ailleurs l’une des principales raisons, avec Earth Crisis et Sick Of It All, pour laquelle on a commencé First Blood. Hors metal, je peux te citer Michael Jackson sinon.

13. Merci beaucoup pour toutes ces réponses et pour ton temps, je te laisse les derniers mots.

Merci à toi. Si vous ne l’avez pas encore écouté, notre album Rules est sorti en début d’année et on est en tournée en ce moment donc n’hésitez pas à venir nous voir. N’hésitez pas non plus à checker nos comptes Spotify et Youtube. On est plus des jeunots mais on continue à faire de la musique, alors à très bientôt !

beunz

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *