Major Parkinson – Blackbox

1 Commentaire      430
Style: Arty Cinematic Progressive Rock MetalAnnee de sortie: 2017Label: Karisma Records

Quatrième album pour les norvégiens de Major Parkinson et si j’ai déjà eu l’occasion d’écouter leur précédente réalisation déjà passablement encensée, je dois admettre que je n’avais pas jusque-là été complètement conquis par la musique du combo de Bergen. Leur rock mâtiné de plans cinématographiques et de délires proches du circus metal ne m’avait jusque-là pas toujours semblé forcément très bien construit et suffisamment homogène. Mais ça c’était bel et bien avant ce Blackbox qui tourne en boucle et s’avère être une petite tuerie.

Grossièrement on pourrait dire que le genre pratiqué par le groupe (presqu’un collectif même puisqu’on compte pas moins de 7 personnes dans le groupe) ressemble à une sorte de musique de cabaret passablement plus sombre et moderne que la moyenne, une sorte de copulation infernale entre The Cesarians, Woodkid et même le Disillusion de la dernière période avant leur come-back (Gloria donc).

Premier point qui peut rebuter, le chant principal masculin (de Jon Ivar Kollbotn), même s’il est souvent partagé avec une jolie voix féminine (en l’occurence et sauf erreur, celle de Claudia Cox, la violoniste), est particulier, et peut agir en tant que tel comme un repoussoir pour qui ne le trouvera pas à son goût, tant il est fondamental dans le son de Major Parkinson. On y retrouve un côté Leonard Cohen croisé de Nick Cave, le tout dans un registre plus fantasque.

Fantasque, c’est d’ailleurs le mot pour qualifier la musique de Major Parkinson (en même temps avec un nom pareil), mais aussi très figurative et presque cinématographique je le disais. On est même pas loin d’un circus rock ou nawak metal sur le titre fleuve « Baseball » (qui dépasse les 10 minutes). Ce dernier titre peut d’ailleurs décontenancer si l’on n’est pas d’humeur à goûter ces faux cuivres (qui proviennent en réalité d’un synthétiseur) qui donnent tout de suite cette coloration de chapiteau.

Mais rapidement « Baseball » fait partie du tout que constitue cet album, un album très mélodique, sur lequel la deuxième grosse pièce au menu du disque est certainement « Isabel : A Report to an Academy », fort de ses 9 min 41. Autour de ces deux gros morceaux principaux, on retrouvera des morceaux mélodiques, orchestraux, électroniques, superbement chantés, et dont le pouvoir évocateur est assez remarquable. On se sent rapidement bien dans le monde du Major Parkinsonien car l’absurde ne prend jamais le pas sur la mélodie et la qualité d’écriture (exemple avec « Strawberry Suicide », la beauté épurée en moins de 3 minutes) toujours extrêmement maîtrisée, loin du capharnaüm proposé par certains groupes qui se vantent de toucher à tout et de faire du nawak jusqu’à l’écœurement. Piano, synthé, orgue, électronique, synthétiseur, la richesse instrumentale va de pair avec celle de l’écriture et achève de convaincre même si certains resteront certainement sur le bord du chemin, tant on a ici affaire à quelque chose d’atypique (ce qui explique certainement que la description que j’ai pu tenter d’en faire laisse circonspect et soit finalement assez peu éclairante… merde vous n’avez qu’à cliquer et écouter). Pour ma part je suis convaincu par la force de l’oeuvre qui se classera facilement très haut dans mon top annuel.

Tracklist :
01 – Lover, Lower Me Down
02 – Night Hitcher
03 – Before the Helmets
04 – Isabel – A Report to an Academy
05 – Scenes from Edison’s Black Maria
06 – Madeleine Crumbles
07 – Baseball
08 – Strawberry Suicide
09 – Blackbox

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 804 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Sylvain A. says:

    Bonjour, belle découverte, comme toujours sur ce site…
    Après vérification, cependant, la voix féminine est celle de Linn Frøkedal et les cuivres ne sont pas faux, mais assurés par des musiciens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *