Slowly Building Weapons – Sunbirds

Pas de commentaires      260
Style: blackened hardcore avec des éléments shoegazeAnnee de sortie: 2017Label: Art As CatharsisProducteur: Tim Carr

En 2007, Slowly Building Weapons faisait une entrée en fanfare dans la scène hardcore australienne avec Nausicää, premier album dévastateur de « big-chord-core » (étiquette autoproclamée) mixant chaos et extrême. Des promesses à l’époque totalement balayées lorsque le groupe annonçait la fin de ses activités seulement un an après avoir livré cette bombe. Dix ans plus tard, c’est avec surprise qu’Art As Catharsis annonce le retour du gang de Sydney avec un second album tout aussi méchant que son prédécesseur mais aux champs beaucoup plus ouverts.

En l’espace de dix ans, Slowly Building Weapons a ainsi su faire évoluer son son mais reste fidèle à son propos de base, du chaos inspiré par les groupes références du genre (Converge, Curl Up And Die, Will Haven) mélangé à des accès post (rock ou metal, soient des accalmies ou des riffs ultra plombés). Sunbirds nous propose en plus quelques phases plus inattendues. Le black metal par exemple tient désormais une place prépondérante, dès l’introductif « Throne », on se prend en pleine face ce mélange de blasts assassins coupé par des riffs plus rampants (excellente mise en bouche) avant de doubler la mise avec « Lyre Birds », mixant à nouveau riffs black épiques et séquences post ralenties avec la même hargne (le chanteur possédant une glotte sur le point de rompre). Encore plus radical, « Zoltar » nous entraîne dans un black/death d’inspiration Deathspell Omega avant d’à nouveau brouiller les pistes via une ambiance davantage shoegaze, chant clair plein de réverb y compris, en seconde partie de morceau. Des envies shoegaze qui vont se confirmer sur « Sunforest », titre ultra dense à l’intro cascadienne/Deafheaven mutant soudain en post-punk à l’ancienne. Le mélange était osé, il fonctionne totalement !

Rien que cette première partie d’album montre combien Slowly Building Weapons se plait à mixer des atmosphères et les influences là où on ne les attend pas forcément. Une démarche qui me rappelle Earthmother que j’avais chroniqué il y a deux ans et dont le mélange d’influences manquait un peu de liant. Ici ce n’est pas le cas, les ambiances ont beau ne jamais être les mêmes (même si toujours sombres), celles-ci sont particulièrement bien gérées, elles se complètent toujours idéalement, que ce soit dans les parties black extrême (l’expéditif « Editing The Forest ») comme dans les parties shoegaze/planantes prenant souvent des airs de Have A Nice Life (« Sunbirds »), voire dans leurs amalgames des deux: le noisy « The Vulture Hovers » ou « Horses » et sa seconde partie carrément indie rock, où voix black et voix claire se retrouvent en chœur.

Malgré la densité sonique comme stylistique délivrée par les australiens, ce nouvel album conserve son aspect sombre et glacial jusqu’au bout. Un retour en apothéose pour Slowly Building Weapons dont les nouvelles inspirations n’ont pas pour autant altéré sa personnalité. Tuerie.

  1. Throne
  2. Lyre Birds
  3. Zoltar
  4. Sunforest
  5. Editing The Desert
  6. Sunbirds
  7. The Vulture Hovers
  8. Horses
  9. Izep
  10. Purist

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *