sittingthesummerout – Brick and Mortar

Pas de commentaires      302
Style: post hardcore/emo/spoken wordAnnee de sortie: 2017Label: Ghost Factory Records & Arts

Après Pas du Tout (2015) et Could It Rain Forever? (2016), les milanais de sittingthesummerout sont de retour avec un troisième EP au titre parodiant l’une des meilleures séries d’animation de ces dernières années (Rick and Morty, pour les largués). Musicalement, le quintet n’est pourtant pas vraiment dans le même délire, au contraire même puisque leur post-hardcore s’oriente plus vers la mélancolie.

Illustration directe avec « Nothing Changes In Baltimore » où l’instru nostalgico-post-rock est superbement complétée par des spoken words très expressifs. Ces passages sont néanmoins contrastés de refrains mélodiques, et même par un passage plus rugueux démontrant le panel vocal du vocaliste Samir Batista. « It Won’t Rain Forever » (soit la réponse au second EP du groupe) poursuit sous les mêmes auspices, soient du spoken word façon La Dispute contrasté par des accès mélodiques emo et quelques vocaux plus gras, le mélange évoquant ici le pouvoir accrocheur d’un Pianos Become The Teeth voire d’un Underoath.

« Permanence » privilégie à nouveau les spoken words et une tonalité plus soft malgré des lyrics traitant des gens et de leurs on-dits, ce titre offrira ensuite un (trop) court final plus virulent. Après l’interlude « Dry, Dry June », « To Those Concerned » vient terminer cet EP par une sorte de résumé des précédents titres: on y trouve en effet toute la subtilité des italiens, entre tristesse et mélodies désenchantées jusqu’à l’explosion de nerfs personnifiée par des cris du meilleur effet. Ce Brick And Mortar est au final un court mais très joli EP dont les amateurs de groupes tels que Brand New, Touché Amoré mais surtout La Dispute – influence majeure visible – devraient se délecter. A voir dans un futur proche si cette recette tient aussi bien la route sur long-format…

  1. Nothing Changes In Baltimore
  2. It Won’t Rain Forever
  3. Permanence
  4. Dry, Dry June
  5. To Those Concerned

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *