Sutrah – Dunes

Pas de commentaires      668
Style: Death Metal TechniqueAnnee de sortie: 2017Label: Autoproduction

“ Mesdames et Messieurs, bienvenue en cette nouvelle journée de compétition des Jeux olympiques du Metal, avec une discipline qui nous tient particulièrement à cœur : le Death-Metal Technique. N’est-ce pas Michel ?
– Oui absolument Henri, une épreuve très attendue par les amateurs du genre, et nous avons ici une jeune formation québécoise bien décidée à en découdre !
– C’est effectivement un premier essai longue durée pour Sutrah, qui avait sorti en 2015 une démo de deux titres tout à fait alléchants, et qui tente aujourd’hui une belle confirmation.
– Alors, quand même, soulignons que nous n’avons pas entièrement affaire à des débutants, puisque l’on retrouve dans Sutrah des musiciens déjà aguerris.
– C’est exact, Michel. Nous avons à la tête du lineup Claude Leduc, que l’on a entendu dans le très bon Dernier Crépuscule de Chthe’ilist, à ses côtés Alex Bao et Laurent Bellemare, et derrière les fûts le talentueux Kévin Paradis, qui a fait ses preuves dans des formations telles qu’Agressor ou Benighted.
– Un coup de baguette française – si je puis dire – à des Québécois qui, mine de rien, jouent aujourd’hui sur leur terrain, et tentent de concurrencer leurs camarades de Beyond Creation ou Cryptopsy.
– C’est vrai que le Death Technique est une discipline très prisée au pays de Céline Dion.
– Nous avions dit pas de blague sur le Québec !
– Désolé Michel, passons tout de suite au cœur du sujet !
– Très juste, voyons en quoi consiste cette épreuve en regardant la liste des prérequis, car bien entendu, afin de pouvoir prétendre au titre, il faut tenir compte de caractéristiques précises.
– Absolument ! et si l’on se penche sur le cas de Sutrah, il faut bien avouer que nous frôlons la perfection !
– La formation n’a pas lésiné sur ses chances en réunissant de très bons musiciens, comme nous l’avons déjà dit, avec tout d’abord un batteur très véloce et vigoureux, épaulé par une basse qui s’inscrit parfaitement dans la tendance actuelle.
– Un instrument effectivement très exposé et volubile, est-ce une basse fretless mon cher Michel ?
– Sans aucun doute Henri !
– Un bon point pour Sutrah donc, qui perpétue avec brio ce qui, plus qu’une tendance, est même devenu une tradition.
– Et évidemment, pour répondre à des phrasés complexes et sautillants, nous avons l’appui de guitares bavardes qui exécutent avec pétulance toutes les figures imposées du style : palm muting, down picking, palm muted tremolo picking…
– D’accord, d’accord Michel, je pense que nos auditeurs auront compris, résumons simplement en disant que Sutrah passe aisément le contrôle… technique !
– Quel boute-en-train ! Et les vocaux ne sont pas en reste, je suppose ?
– Ils sont eux aussi dans la grande tradition du genre, gutturaux et caverneux, mais proposent une palette de variations très bien maîtrisées. Des modulations bienvenues afin de donner du relief à l’ensemble, d’autant que le groupe n’hésite pas à placer ici et là quelques vocalises plutôt propres.
– Vous voulez dire du chant clair, Henri ?
– Ne vous emballez pas Michel, par petites touches seulement.
– Je note, je note !
– Notez également que la balance entre la brutalité et la mélodicité est très bien gérée à l’intérieur des compositions assez longues et progressives qui constituent l’album, évitant l’écueil de l’abrutissement purement technique en offrant des respirations, des soli inspirés et même, nous le verrons plus tard, un jeu d’intro et d’outro passablement original.
– Une galette féroce mais pas trop, mélodique mais pas trop, tout va bien alors Henri ?
– On peut dire que Sutrah est pile sur le bon créneau.
– Mais on pourrait donc avoir peur d’un résultat un peu trop conventionnel !
– Il est vrai que Dunes n’est pas foncièrement novateur, mais il s’inscrit parfaitement dans les canons du genre – d’autant que nous parlons ici d’un groupe québécois. Il est très bien composé et c’est, je crois, ce qui fait sa force.
– Pourtant la note créative risque d’en pâtir !
– Je pense que le jury saura reconnaître les efforts du quatuor pour offrir de la variété dans ses arrangements, ainsi que sa volonté de proposer des patterns atypiques, des couleurs attirantes et de véritables morceaux de bravoure ! Sutrah installe de belles ambiances, tape là où ça fait mal sans trop en faire, et c’est un point très important.
– Et puis vous parliez d’un jeu d’intro et d’outro original ?
– Tout à fait, Michel. Vous avez sans doute remarqué, ne serait-ce que par le logo et la pochette, que le groupe est plongé dans un univers fortement inspiré de l’hindouisme, du tantrisme, du voyage initiatique, et cela se retrouve dans l’utilisation d’instruments traditionnels tels que le reyong (percussion de Bali), la cloche ou encore le didgeridoo. Les textes ne sont pas en reste et abordent des thèmes introspectifs et mystiques.
– Tout cela ne fait-il pas un peu cache-misère, ou gimmick dispensable ?
– Au bout de quelques écoutes, à l’instar des interludes de Gojira, ces éléments finissent par avoir du sens et participent à la personnalité du groupe. Que je sache, on n’a jamais reproché à Nile de verser dans l’égyptologie !
– Nous avons donc affaire à une formation aux musiciens confirmés, aux compositions solides et tortueuses inscrites entre tradition et modernité, et offrant une petite touche exclusive qui détonne dans le milieu classique du Death-Metal technique.
– Votre esprit de synthèse m’épate, Michel ! Ajoutons que l’album jouit d’une excellente production, claire et puissante, en adéquation avec l’exigence du style. Ce qui ne gâche rien !
– Il s’agit d’un candidat sérieux dans cette compétition, nous sommes curieux de voir comment le jury va réagir !
– Pour ma part, je suis tout à fait séduit par Sutrah, et j’espère que nous entendrons parler d’eux dans l’avenir.
– Et tout de suite une page de publicité !”

https://sutrahmetal.bandcamp.com/

Tracklist :
1. Reveil
2. Dune
3. Effervesce
4. Stargazer
5. Induration
6. Akrasia
7. The Plunge
8. Babel

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *