Greber – Cemetery Preston

Pas de commentaires      517
Style: grind/doomAnnee de sortie: 2018Label: Ancient Temple Recordings/d71 Records/Hibernation Release/Pink Lemonade Records

Greber est un duo pas né d’hier mais dont je n’ai appris l’existence qu’avec ce Cemetary Preston. Et mieux vaut tard que jamais car dix ans après la naissance du groupe (après deux albums et quelques splits), le duo derrière le projet livre ici une prestation très marquante. Qui sont ces deux personnes au fait ? Et bien à la basse et au chant, on retrouve Marc Bourgon (ex-Fuck The Facts) accompagné à la batterie et au chant par Steve Vargas (The Great Sabatini), bref des gars ayant de la bouteille dans le monde du gras et/ou méchant canadien.

L’approche sonore de Greber est plutôt originale, livrant un sludge/doom agrémenté de grind soient des rythmiques très grasses sur lesquelles les deux gars se partagent le micro, donnant chacun leur version de la rage vocale (avec deux registres vocaux très complémentaires). Avec une telle intensité déversée par Greber, on aurait pu penser entendre une formation « typique », or à deux seulement, ils mettent à l’amende un maximum de groupes traditionnels. En effet, le grain bien énorme de la basse couplé au dynamisme de la batterie apparaissant comme un équilibre parfait.

Du dynamico-métallique « The Wreckers » mêlant leur côté pêchu au gras, aux doomesques « By Any Other Name » ou « The Closer We Got » en passant par le furieux « No One But You », Greber a trouvé sa recette approchant celle d’un Coalesce qui apprécierait régulièrement réduire sa vitesse pour mieux écraser ce qui l’entoure. Le duo possède sur les neuf titres de Cemetery Preston un vrai pouvoir abrasif mêlé à un groove de poids, cet album brut de décoffrage aux riffs coulés dans le plomb vaut clairement le détour. Grosse révélation !

  1. Backhanded Interest
  2. The Wreckers
  3. Prophetic
  4. By Any Other Name
  5. Overdraft
  6. Our Burnt Treasures
  7. Grave Plot
  8. No One But You
  9. The Closer We Got

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *