Rotting Sky – Sedation

Pas de commentaires      541
Style: black metal/drone/noiseAnnee de sortie: 2018Label: Sentient Ruin Laboratories

Rotting Sky est le projet solo de Tim Messing (ex Nux Vomica, groupe regretté de crust punk de Portland). Pour Sedation, son premier album (quatre titres pour environ 40 minutes), le gaillard a troqué les riffs frontaux de son style originel pour partir dans un black metal à tendance noise et drone. Ce premier album, paru une première fois en 2014, connait aujourd’hui une ressortie remasterisée chez Sentient Ruin Laboratories, trouvant ici un concurrent de poids à un autre de ses groupes: Sutekh Hexen.

En effet comme chez ces derniers, le black metal de Rotting Sky se drape d’un voile grésillant, assez irritant au premier abord. Sauf que celui-ci renferme en son sein de nombreux éléments atmosphériques comme par exemple du piano pendant « White Angels », au mélodies donnant un aspect dramatique au presque incessant flot de ferraille sortant des enceintes (le final uniquement bruitiste est une sacrée épreuve !). Car le choix de production est assez délicat à appréhender, le son est éreintant, fait de craquements, de larsens, de bruits parasites infernaux pour le conduit auditif lambda.

Et même si l’aspect harsh noise/drone peut rebuter aux premières écoutes, il se passe souvent quelque chose au milieu de ce maelström malfaisant, des mélodies hypnotiques se glissant au milieu du bordel comme sur « Tyrants Of Sedation », implacable tornade de douze minutes (avec un final plus calme puis gagnant en intensité). Une sensibilité parfois lumineuse émane de ces blocs sonores assourdissants avec une optique rappelant celle de Pyramids ou de Locrian, parvenant à créer une certaine fragilité au-delà de ces atours corrosifs (les étonnants vocaux planants de « Ivory », assez Nadja dans l’âme).

D’abord très inconfortable voire incompréhensible, ce Sedation mérite un plus fort investissement de la part de l’auditeur qui, comme s’il épluchait un oignon, va petit à petit découvrir les couches internes de Rotting Sky, et bien entendu pleurer. Alors de douleur ou d’émotion ? A vous de voir !

  1. Smile
  2. White Angels
  3. Tyrants Of Sedation
  4. Ivory

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *