The Armed – Only Love

1 Commentaire      758
Style: punk hardcore expérimentalAnnee de sortie: 2018Label: Throatruiner Records/No Rest Until Ruin

Déjà trois ans que le fabuleux Untitled a vu le jour, l’album qui a propulsé The Armed vers une nouvelle popularité (enfin !) et vers un label digne de ce nom, en l’occurrence Throatruiner Records qui va permettre une bien meilleure diffusion de leur nouvel album. Only Love a mis du temps à dévoiler ses infos, nous mettant l’eau à la bouche en annonçant notamment le recrutement d’un certain Ben Koller (Converge) à la batterie et en diffusant des photos promo où l’on ne reconnait quasiment plus personne (The Armed ayant ses membres changeant à sa guise, tel un collectif). Les mystères et le teasing passés, il n’y a plus qu’à se jeter dans ce nouvel album en espérant qu’il soit aussi ultime que le précédent…

Et ce sera bien le cas ! Mais préparez-vous à être très surpris car The Armed a hautement modifié son approche. L’accueil avec « Witness » est frontal, on leur reconnait ce style punk hardcore véhément et baigné de leur approche mélodique caractéristique, mais la nouveauté vient de l’aspect synthétique qui enveloppe le tout, comme si leur objectif était désormais de donner un côté « digital hardcore » à leur musique. « Role Models » nous confirme tout ça dans un flot rageur quasi incessant et captivant (titre pour lequel ils nous gratifieront d’un clip autour de Tommy Wiseau, auteur/acteur du culte The Room).

« Nowhere To Be Found » va ensuite changer la donne. Les synthés dominent d’autant plus mais l’on part cette fois dans une optique allant sensiblement vers un Genghis Tron apaisé (avec un saxo en option), enfin c’était sans compter sur son incroyable final ultra énervé. « Apperception » puis « Parody Warning » ravagent tout sur leur passage, Koller et ses nouveaux potes semblent ici vouloir aller le plus vite possible, et sur le second titre l’ajout d’une voix féminine tout aussi survoltée apporte encore une nouveauté au son de The Armed. Une voix féminine qui va même prendre les devants sur les couplets de l’énorme « Fortune Daughter », la voix masculine assurera elle les refrains à mélodies plus posées pour un réjouissant contraste.

Le pendant mélodique de The Armed se développe encore plus par la suite avec « Luxury Themes » qui se met en mode planant à relents de Cave In, quant au refrain il permet à Koller de faire entendre sa vitesse et son impressionnante technique, décuplées pour l’occasion, un comble pour l’un des titres les plus « pop » de cet album ! « Heavily Lined » revient du côté de leur habituelle frénésie avant que le refrain planant ne nous ramène vers le titre précédent, et comme pour ce dernier, l’effet est immédiat, les titres se suivent et sont tous aussi bons. Même effet pour le plus doux « Middle Homes », lui aussi semblant faire cohabiter le visage le plus calme de Cave In avec les sons digitaux et quelques bruits parasites. « Ultraglass » en fera de même avec les potards de saturation de voix dans le rouge, faisant passer l’aspect catchy de la mélodie vers quelque chose de moins easy-listening qu’il n’en a l’air. « On Jupiter » termine les choses avec une approche encore plus unique, avec un sentiment d’élévation un brin parasité par ces envies de saturation pour finalement mieux nous achever avec un retour de la violence extrême jusqu’à sa douloureuse conclusion expérimentale bruitiste. Pfiou, quel album !

Aucune déception à l’horizon même si Only Love risque d’un peu déstabiliser les amateurs des précédents travaux de The Armed tant ce nouvel album part dans des directions diamétralement opposées, parfois dans un seul et même morceau. Le choix de production est aussi très audacieux et unique, permettant au groupe de Detroit d’ouvrir son spectre musical à sa guise, en dévastant les sens de l’auditeur autant dans leurs parties nerveuses (parmi les plus extrêmes qu’ils n’aient jamais composées) que dans les plus mélodiques (qui ne sont, il faut le souligner, jamais hors-propos ou de mauvais goût). Après la claque Untitled, The Armed frappe à nouveau très fort mais là où on ne l’attendait pas vraiment. Un album unique en son genre, et comme d’habitude avec eux, aucun sentiment de lassitude à l’horizon malgré des dizaines d’écoutes, la marque des plus grands… Que de l’amour, on vous dit !

  1. Witness
  2. Role Models
  3. Nowhere To Be Found
  4. Apperception
  5. Parody Warning
  6. Fortune Daughter
  7. Luxury Themes
  8. Heavily Lined
  9. Middle Homes
  10. Ultraglass
  11. On Jupiter

Bandcamp

beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Robrob says:

    Quel album, d’une densité qu’on n’entend que trop rarement – bourré d’idées et de rage, génialement subtil et tellement sauvage… Mention spéciale pour le dernier morceau (On Jupiter) qui d’un coup saccage les tympans comme jamais – frissons garantis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *