Lace – Human Condition

Pas de commentaires      843
Style: hardcore/post-punkAnnee de sortie: 2018Label: Funeral Party Records

Lace est un groupe qui va vite et qui enchaîne les sorties, Human Condition étant la troisième en à peine deux ans d’existence. De la vitesse qui peut aussi s’observer dans la musique du groupe de Houston, mélangeant hardcore et post-punk pour un cocktail sacrément abrasif.

Les premières notes d' »Amnesia » donnent le ton. Lace sonne raw et viscéral, la vitesse et l’aspect noise englobant le tout font de ce court titre d’ouverture une réjouissante mise en bouche. Sa production de qualité lo-fi faisant la part belle aux larsens et échos sans réel relief aurait pu être un frein à l’appréciation de cet album mais il n’en sera rien, le groupe texan enchaînant les brûlots frénétiques tel que son « Roman Candle » (au feeling garage rock) ou le bien nommé « Tension » (l’un des titres les plus post-punk de cet album, registre où le groupe excelle tout autant).

Une tension semblant retombée qui va ensuite repartir de plus belle avec un « Poison Drum » façon Converge qui aurait renoué avec ses racines punk des débuts avant de nous offrir un intense break mi-post-punk, mi-noisy (suivi d’une conclusion vénère et expédiée). « Mapplethorne(The Leper Song) » surprend aussi avec son côté 80’s noyé dans la réverb, ou quand le post-punk se drape d’un effrayant voile inconfortable. Les trois derniers titres reviennent vers leurs tendances énervées, cette énergie hardcore qui se greffe idéalement à ces riffs aussi urgents qu’irritants.

On obtient au final un très douloureux mais solide premier album baigné d’un fuzz glacial et d’une colère latente, même pendant leurs « ouvertures » post-punk caractérisées par la même odeur de soufre. Une excellente découverte, mais qui gratte un peu !

  1. Amnesia
  2. Dead Umbrella
  3. Roman Candle
  4. Tension
  5. Poison Drum
  6. On A Rung
  7. Mapplethorne (The Leper Song)
  8. Moral Trip
  9. Spectator
  10. Paradise, Coming Down

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *