Press To MECO – Here’s To The Fatigue

Pas de commentaires      440
Style: rock alternatif/punk/popAnnee de sortie: 2018Label: Marshall RecordsProducteur: Machine

Après Good Intent (2015), voici un second album pour Press To MECO, groupe britannique ayant mis deux ans pour composer et mettre en boite ce Here’s To The Fatigue. Pour l’occasion, le groupe basé au sud de Londres est parvenu à signer sur un label dont j’ignorais l’existence: Marshall Records, oui bien le Marshall des amplis qui élargit ses activités, on peut donc s’attendre à du gros son qui crache sortant des enceintes. On peut confirmer cela du côté de la production, dont s’est occupé un certain Machine (Clutch, Lamb Of God…) qui a façonné un son très « metal » à cet album…

…sauf que Press To MECO ne joue pas du metal mais un gros rock où l’on peut déceler différentes influences, punk parfois, pop aussi, pop punk tant qu’à faire. « Familiar Ground » nous lance d’ailleurs dans ces auspices ensoleillées familières (comme l’annonce son titre), mélodies sucrées plutôt accrocheuses, assez classique finalement. Cependant la suite ne va pas totalement poursuivre dans ces teintes-là. En effet, le titre suivant « Here’s To The Fatigue » va remettre un peu plus d’énergie rock avec ses faux-airs de Billy Talent se mêlant à cette alliance de riffs plus nerveux et d’harmonies vocales.

On retrouve ainsi ces inspirations Billy Talent essaimées à de nombreuses reprises dans cet album, plus clairement pendant « Skip The Crawl » ou bien le double-chant (triple ?) de « Itchy Fingers ». Un aspect souvent mélangé à une approche mélodique pas trop éloignée d’un Biffy Clyro ou d’un Feeder, mais sachant garder cette facilité à surprendre grâce à des compos aux rythmiques changeantes et créatives (qui va de l’intro metal de « Howl » à la douceur du fédérateur « A Place In It All »).

Press To MECO aime « complexifier » un peu sa musique, semblant vouloir ne pas complaire dans des schémas couplet-refrain trop prévisibles, ceci notamment grâce à des musiciens inspirés enclins à rompre toute monotonie. Grand bien leur en fasse puisqu’au final, Here’s To The Fatigue pourrait bien devenir un peu plus qu’un simple bon petit album pour votre été…

  1. Intro
  2. Familiar Ground
  3. Here’s To The Fatigue
  4. If All Your Parts Don’t Make a Whole
  5. Skip The Crawl
  6. A Place In It All
  7. Howl
  8. A Quick Fix
  9. Itchy Fingers
  10. The Things That We Don’t Talk About
  11. White Knucking
beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *