Assumption – Absconditus

Pas de commentaires      713
Style: funeral doomAnnee de sortie: 2018Label: Sentient Ruin Laboratories/Everlasting Spew Records

Aaah les vacances d’été, pour celles et ceux qui ont la chance d’en avoir et de pouvoir voyager, la Sicile semble être une destination toute trouvée pour profiter de la mer et du soleil. Sauf qu’Assumption vient nous démontrer que le temps peut aussi être très ténébreux par là-bas ! Ce duo fondé en 2011 par des membres de Haemophagus (aussi actifs dans bien d’autres projets) entend en effet assombrir l’atmosphère en délivrant un doom/death original.

« Liberation » nous immerge pendant un gros quart d’heure dans un lent magma colorant peu a peu l’espace en noir, cependant le climat est paradoxalement loin d’etre malsain. La guitare au son clean menant les débats tandis que l’énorme voix de Giorgio (facon funeral doom) se révèle presque rassurante. Ce qui donne un effet assez rare pour un album du genre: Absconditus s’écoute de manière tres agréable tant la dynamique de ce morceau d’ouverture (malgré la lenteur, il y en a bien une !) glisse naturellement grâce à l’approche mélodique, parfois psychédélique des italiens, si bien que les quinze minutes n’en paraissent pas autant !

« Resurgence » diminue ensuite franchement sa durée mais nous sert une intro atmosphérique avec flûtes et synthés suivis de riffs glaciaux, ce « bol d’air » introductif était de courte durée puisque l’on replonge inexorablement dans cette extrême opacité. Enfin « Beholder Of The Asteroid Oceans », découpé en deux parties, vient conclure cet album de manière majestueuse. Ce morceau met du temps à démarrer après sa longue intro mais la puissance dégagée ensuite ici par Assumption est dingue, on ressent ici une sorte de pot-pourri des influences du groupe: de la tradition écrasante d’un Esoteric ou d’un Thergothon qui se voit soudain accompagnée de synthés synonymes d’apesanteur, en passant par des arpèges plus délicats; sans compter la terrifiante accélération death dévastatrice qu’ils parviennent à coller au milieu.

Ces trois titres baignés d’une ambiance mystérieuse permettent de mettre en lumière (même s’ils n’aiment pas vraiment ça) Assumption et sa vision toute personnelle du doom/death à tendance funeral. Un tres bon premier effort qui a de quoi réjouir les amateurs de Disembowelment et autres Mournful Congregation.

  1. Liberation
  2. Resurgence
  3. Beholder Of The Asteroid Oceans, Part I & II

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *