Parkway Drive – Reverence

Pas de commentaires      215
Style: metalcore/heavy metalAnnee de sortie: 2018Label: Epitaph Records

On ne présente plus Parkway Drive, mais on va le faire un peu quand même… Fondé en 2002 en Australie du côté de Byron Bay, le groupe est toujours là 16 ans plus tard, leader d’une vague metalcore qui s’est quelque peu effondrée autour de lui. Pour son huitième album, Reverence, la bande à Winston McCall (quasi intacte depuis ses débuts) démontre son savoir-faire en terme de metalcore mais tend à davantage s’ouvrir vers des contrées plus axées « hymnes de stades ».

En effet, habitué désormais à écumer les grosses scènes mondiales au gré d’incessantes tournées, Parkway Drive a pris le pli de faire muter son metalcore vers quelque chose de davantage heavy metal plus mainstream, en osant même parfois se calmer dans des ballades. Une trajectoire très éloignée de leurs débuts, qu’elle est loin, en effet, la fraîcheur juvénile de Killing With A Smile ! Trois ans après Ire, Parkway Drive assume pleinement son statut de grosse machine et délivre un album le cul entre deux chaises, composé de morceaux destinés à être repris par des foules de stade (« Prey » où on visualise déjà les « hey » poings levés surplombant cette mélodie façon « Pirates des Caraïbes »), de riffs heavy/thrash à l’ancienne (« The Void »), de quelques relents de la bonne époque (le redoutable « Wishing Wells ») et puis donc ces ballades un peu mollassonnes façon Stone Sour (« Shadow Boxing », « The Colour Of Leaving ») même façon viking (« Cemetary Bloom » avec chœurs, synthés et violons histoire de faire plaisir aux fans d’heroic fantasy).

M’étant désintéressé du groupe depuis leur Horizons (2007), je retrouve là un groupe presque méconnaissable, un groupe qui maîtrise tout ce qu’il fait, qui en met plein la vue mais paradoxalement sans vraiment impressionner. C’est un peu comme si on avait un jeune réalisateur talentueux et prometteur qui venait finalement se complaire dans un bon gros blockbuster plein d’effets spéciaux, appréciable sur bien des points mais dont on ne retient pas grand chose après coup. C’est un peu l’effet de ce Reverence qui malgré d’indéniables qualités musicales (un McCall très en voix, d’excellents guitaristes) me laisse finalement trop souvent de marbre par son aspect trop grandiloquent, en dépit de titres très efficaces. En tous cas, on ne pourra pas leur reprocher de ne pas avoir su évoluer. Nul doute qu’en live et devant un parterre surchauffé, l’alchimie pourrait opérer, la plupart des titres de Reverence étant taillés pour la scène. Bref, à recommander aux amateurs de gros concerts, nul doute que Parkway Drive y est spectaculaire ! Et je ne serais pas étonné que le groupe se retrouve en première partie d’une future tournée démesurée de Metallica.

  1. Wishing Wells
  2. Prey
  3. Absolute Power
  4. Cemetary Bloom
  5. The Void
  6. I Hope You Rot
  7. Shadow Boxing
  8. In Blood
  9. Chronos
  10. The Colour Of Leaving
beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *