Abstracter – Cinereous Incarnate

Pas de commentaires      589
Style: blackened doom/sludgeAnnee de sortie: 2018Label: Sentient Ruin Laboratories/Vendetta/I, Voidhanger/Tartarus/Daymare

Quatre ans après son Wound Empire, Abstracter fait son retour en long-format (ayant entre-temps sorti un split avec Dark Circles), signant pour le coup chez Sentient Ruin Laboratories, maison prédestinée au vu des envies de mélange des genres opéré habituellement par les californiens. Ainsi doom et sludge mènent toujours les débats mais le black et le death ne sont toujours pas bien loin…

« Nether » nous installe une pure ambiance de désolation, renforcée par l’énorme voix caverneuse du vocaliste. Le tempo varie à bien des occasions, passant de blasts acérés à des passages lourdauds bien, tandis que les guitares dessinent quelques lignes plus mélodiques dans le fond. Les quasi dix minutes de ce titre d’ouverture passent comme une lettre à la poste même si la qualité de la production laisse un peu à désirer.

On sent qu’Abstracter a voulu faire un album où nous immerger (douloureusement) sauf que cette qualité grésillante avec une batterie trop ferrailleuse irrite plus qu’autre chose (pourtant le batteur est excellent). Et c’est bien dommage car l’atmosphère ultra menaçante est là, notamment sur le très bon « Ashen Reign » où le groupe parvient à créer une tension sans pareille entre ses énormes blocs de riffs et leurs montées en puissance. Ayant choisi de délivrer des titres longs (autour de dix minutes), Abstracter réussit quand même à captiver en nous sortant de bons contours dépressifs, rendant le ronron de la voix bestiale et des riffs un peu moins rébarbatives qu’elle aurait pu paraître sans (sur « Devouring Night » par exemple).

Cinereous Incarnate demande donc un gros effort de la part de l’auditeur, surtout pour s’habituer à cette production (volontairement ?) très sale. Pour le reste, Abstracter conserve cette aura cauchemardesque plutôt hypnotique malgré la (trop) longue durée des titres de ce nouvel album. Un album qui mérite tout de même l’intérêt des amateurs de groupes tels que Rorcal ou Desolate Shrine.

  1. Nether
  2. Cinereous
  3. Ashen Reign
  4. Wings Of Annihilation
  5. Incarnate
  6. Devouring Night

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *