Benoit – Master

Pas de commentaires      313
Style: hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2018Label: Autoproduction

Pas d’inspiration pour un nom de groupe ? Prenez un prénom ! Après Boris, Jean Jean et autres Toto, voici Benoit, qui ne se tourne pas et qui ne doit pas son nom à votre humble serviteur mais au célèbre catcheur Chris Benoit, star de la discipline ayant pété les plombs en assassinant sa famille et en se suicidant juste après. Contenant d’actuels et anciens membres de Black Sheep Wall, Colombian Necktie, Law, Drool et Wuss, Benoit joue un hardcore torturé teinté de sludge, de crust et de noise, le genre de mixture qui aurait pu sortir de chez Kurt Ballou, sur Deathwish ou Southern Lord.

Mais c’est donc en autoprod que sort cet album, et Benoit, projet réactivé après sept ans de traversée du désert, n’attend pas avant d’attaquer frontalement. « Scorched Earth » sort les nerfs d’emblée, pas très loin d’un Converge, d’un Ghostlimb voire d’un Botch: riffs tortueux surplombés d’un vocaliste enragé, la recette n’est pas nouvelle mais elle impressionne par sa force de frappe. Ainsi en moins de deux minutes chacun, les premiers titres de Master multiplient les plans, créant un chaos complété par un toucher quasi stoner (« Thirst » et sa seconde partie toute instrumentale).

Maîtrisant la déstructuration de ses compos, Benoit virevolte, brouille les pistes de lecture en augmentant son débit de riffs comme ses changements rythmiques, le tout en vitesse supersonique nous montrant que les gaillards touchent leur bille instrumentalement parlant. Au milieu de cette avalanche de hurlements et de riffs joués à cent à l’heure, Benoit montre le temps de « What Fear Will Create » une facette un peu plus « apaisée », plus lente donc plus immersive (idem avec la conclusion stoner « Inception »).

Chaotique et alambiquée, la musique de Benoit est baignée d’une aura assez délétère, aussi virulente que complexe. Master est un album qui désoriente par moments mais qui sait se faire apprécier dans sa globalité (pour peu que l’on ait besoin de se passer les nerfs !).

  1. Scorched Earth
  2. Master
  3. Peace In Silence
  4. Houglass
  5. Thirst
  6. Lay Claim
  7. What Fear Will Create
  8. Chains (thrak)
  9. Conscious
  10. Drawn And Quartered
  11. It’s Your Cross
  12. Inception

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *