Entropia – Vacuum

Pas de commentaires      232
Style: Psychedelic Post Black MetalAnnee de sortie: 2018Label: Archnophobia Records

Ça démarre avec un long titre de 15 minutes, « Poison » qui joue sur la répétition, on y retrouve le côté psychédélique et même spatial, qu’on avait déjà goûté sur l’extraordinaire Ufonaut, mais on se demande d’abord si tout cela n’est pas un peu trop long… Et puis cette petite mélodie insidieuse s’ajoute à l’affaire quelques minutes avant la fin du morceau et marque les premiers points de la galette.

« Wisdom » qui prend la suite confirme cette tendance à l’étirement des titres ajoutant aussi un côté presque « western » qui se dégage de certaines sonorités de guitare intéressantes. Entropia n’a jamais donné dans les compos de 3 minutes, il n’y avait donc pas de raison de penser que le groupe le ferait sur Vacuum. Pour autant, après un Ufonaut un peu plus direct, il va falloir accepter pour apprécier ce nouvel album, que les polonais aient décidé d’y travailler et d’insister davantage sur les atmosphères et les ambiances, reléguant parfois le chant à un instrument secondaire (le chant n’entre souvent en scène qu’après de longues minutes sur les morceaux, et même à la toute fin comme sur « Vacuum » ou « Wisdom »). Le chant qui a d’ailleurs un peu changé, même s’il est toujours hurlé façon (post) black. D’ici à ce qu’il disparaisse complètement sur le prochain album, il n’y a qu’un pas, que le groupe franchira peut-être…

En attendant on pourra désormais rapprocher les atmosphères psychédéliques et trippantes sur Vacuum de celles développées avant Entropia par les finlandais d’Oranssi Pazuzu, même si Entropia ne verse jamais dans l’ambiant à proprement parler (et tant mieux), préférant conserver une certaine efficacité et sa particularité (qui peut certainement également fatiguer) : cette double grosse caisse et ses blasts persistents qui soulignent points d’orgue de la plupart des morceaux. Et puis heureusement le groupe prouve avec « Astral » qu’il sait toujours se montrer efficace et impérial sans dépasser les 6 minutes… Ce qui est un peu moins vrai sur « Hollow » qui reste quand même de bonne facture, sans être le titre le plus marquant de l’album surtout suivi qu’il est du conclusif « Endure » qui nous emmène très haut, comme pourrait le faire un Devin townsend de l’extrême!

A noter qu’on pensera aussi de façon inédite à Bölzer sur le morceau titre de l’album dans les sonorités de guitares très évocatrices du début du titre en particulier. C’est forcément un compliment puisque le dernier album en date des suisses est fantastique, je ne vous apprends rien.

6 titres, 59 minutes, le voyage proposé par Entropia sur Vacuum sera saisissant et hypnotisant. L’assimilation nécessitera toutefois plusieurs écoutes, et l’avenir dira si le temps passant ce nouvel album devient aussi incontournable que son illustre prédécesseur. Il se positionnera quoi qu’il arrive dans les sorties remarquables et à ne pas rater de l’année.

Tracklist :
01 – Poison
02 – Wisdom
03 – Astral
04 – Vacuum
05 – Hollow
06 – Endure

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 839 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *