The Arusha Accord – Juracan

Pas de commentaires      493
Style: emo/metalcore progressifAnnee de sortie: 2018Label: Autoproduction

Voilà le genre de retour que l’on attendait plus ! Apparu en 2005 alors que SikTh et autres Dillinger Escape Plan trustaient les tops albums des amateurs de musiques aussi complexes que mélodiques, The Arusha Accord a décidé de cesser ses activités seulement quatre ans plus tard, au grand désarroi de leurs fans. Après un silence total de sept ans, le groupe anglais repointe le bout de son nez mi-2017 avec « Blackened Heart », puis remet ça avec « Vultures » trois mois plus tard avant d’attendre une année complète pour livrer un véritable EP.

Juracan débute donc par les deux titres qui étaient déjà écoutables en 2017. Pour chacun d’eux, la filiation avec SikTh est on ne peut plus décelable (musicalement comme vocalement), mélangeant riffs complexes et mélodies épiques pour deux évidents singles au pouvoir accrocheur juste dingue (surtout le premier au final renversant). Puis on passe à leurs compos (vraisemblablement) les plus récentes. « The Road (Amor Vincit Omnia – Part 1) » nous gratifie du visage le plus apaisé du groupe, une facette éthérée de laquelle une explosion sera attendue… en vain, à voir peut-être sur la Part 2 qui sera (peut-être ?) sur une prochaine sortie ?

« Beneath The Dule Tree » change à nouveau d’atmosphère pour s’orienter cette fois du côté du djent au chant clair mélodique menant les débats sur fond de basse/batterie caractéristiques. Malgré l’arrivée de cris sur la fin, ce titre plus proche d’un Tesseract manque d’un peu tension et de chaos. Enfin, divisé en deux parties, « The Dark Pane » vient conclure cet EP par un duo piano/pluie dans un premier temps avant de mêler dans un même titre ces différentes influences, nerveuses/mathcore et emo/gentilles, en même temps. La qualité d’écriture est là, on navigue entre ces changements de plans (parfois orchestraux !) et ces mélodies touchantes. En dépit de son aspect trop déstructuré et d’une certaine platitude, on reste bizarrement sur une plutôt bonne impression durant ces sept minutes.

Juracan est au final un EP assez étrange, comprenant d’abord l’appréciable furie dont The Arusha Accord était coutumier avant de perdre peu à peu cette agression au profit d’envies plus émotionnelles. Un entre-deux qui nous donne un EP un peu inégal, certainement trop court, juste appréciable mais laissant un peu sur notre faim. Une suite (du genre percutante) dans moins de sept ans serait maintenant judicieuse, la balle est dans le camp des anglais…

  1. Blackened Heart
  2. Vultures
  3. The Road (Amor Vincit Omnia – Part 1)
  4. Beneath The Dule Tree
  5. The Dark Pane – Part 1
  6. The Dark Pane – Part 2

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *