Bliss Signal – S/T

Pas de commentaires      225
Style: dark ambient/indus avec un peu de black metalAnnee de sortie: 2018Label: Profound Lore Records

James Kelly est quelqu’un d’imprévisible. Alors qu’on le pensait calmé suite à la fin d’Altar Of Plagues et son virage electro Wife (vu en live en première partie d’Oathbreaker l’an dernier), le voici embarqué dans un tout nouveau projet. Pour l’occasion, il sera accompagné par un certain Mumdance, producteur britannique habituellement investi dans des sonorités entre harsh noise et abstract hip hop. Une rencontre qui fait donc des étincelles, matérialisée dans Bliss Signal déjà auteur d’un EP en juin dernier et qui sort quelques mois plus tard un premier full-length sous l’égide hautement qualitative de Profound Lore.

Les huit titres de ce premier album éponyme dessinent un paysage industriel où alternent séquences contemplatives et sursauts plus dynamiques, le tout fortement assombri. « Slow Scan » nous immerge directement dans une ambiance intrigante, comme si l’on traversait une brume nocturne tandis que résonne un sonar. Un sonar qui sera aussi le fil rouge de « Bliss Signal » (le titre), enivrante compo où l’on peut retrouver dans la rythmique une impression de blasts issus du black metal accompagnant à merveille cet espèce de trémolo hypnotique. Un sentiment qui sera même renforcé pendant « Surge » qui gagnera là quelques nerfs et une impression d’urgence démultipliée.

« N16 Drift » tempérera ensuite les ardeurs de Bliss Signal en retournant vers de l’ambient mais un peu plus lumineux pour le coup. Le résultat est tout aussi convaincant, pas si éloigné d’un Ital Tek , d’un Ben Frost ou d’un Mondkopf. « Floodlight » et ses six minutes au compteur partent cette fois dans des contrées plus épiques, au milieu des textures envoûtantes, la rythmique vient s’emballer tandis que le pouvoir d’élévation du groupe fait son effet avant de retomber sur le final. « Endless Rush » poursuit dans un ambient lentement évolutif (un paradoxe vu son titre) mais se densifiant au fur et à mesure.

« Tranq » nous ressort une vraie guitare, bien sûr celle-ci voit son son martyrisé au point de quasiment atteindre son point de rupture. Ses grésillements sont ensuite récupérés pour en faire une boucle techno infernale jusqu’au final plus émotionnel. Enfin « Ambi Drift » vient conclure cet album de manière plus singulière, ajoutant une voix fantomatique à de l’ambient plutôt paisible mais duquel ressort un certain air malfaisant.

Surprenant début que cet album, le duo nous plongeant dans un univers sombre et étrange fait de sons pouvant être distordus comme plutôt doux, de légèreté comme de furieuses attaques (les rapprochant alors du black metal). Trente minutes en quasi apnée dans une brume grise percée régulièrement de flashes de lumière aveuglants, voilà tout l’effet de Bliss Signal.

  1. Slow Scan
  2. Bliss Signal
  3. Surge
  4. N16 Drift
  5. Floodlight
  6. Endless Rush
  7. Tranq
  8. Ambi Drift

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *