Kriegsmaschine – Apocalypticists

3 Commentaires      2 694
Style: Black Metal RitualisteAnnee de sortie: 2018Label: No Solace

Comme si le nom du groupe n’était pas déjà assez chiant à écrire, voilà que nos polonais préférés en rajoutent avec un titre d’album bien galère à écrire en une seule fois sans se planter… Ah au fait, j’écris ces lignes le 24 décembre mais c’est certain, au cas où vous ne l’auriez pas deviné, et dans ce cas je préfère prévenir, que la musique de Kriegsmaschine n’est peut-être pas la bande son la plus indiquée en cette période de fête. Il me semble en effet peu recommandé de l’écouter en famille ces jours-ci au risque de faire fondre le sonotone de Mamie Claude et de provoquer chez les enfants une crise de larmes accompagnée de cauchemars plusieurs nuits durant.

Qu’à cela ne tienne, il suffira d’attendre quelques jours pour que notre mauvaise humeur s’accorde à merveille avec le temps hivernal qui nous attend, et pour que la musique de KSM soit alors parfaitement en adéquation avec son contexte et prenne tout son sens. Car ô joie! ce nouvel album s’inscrit dans la parfaite continuité du fantastique Enemy of Man. Remercions au passage nos amis d’avoir sorti l’album en mode « au fait notre nouvel album est dispo les gars » en lieu et place de l’insupportable et traditionnel teasing de plusieurs mois. J’ai donc découvert qu’il y avait un nouvel album et le jour même je l’écoutais. La classe ces polonais.

La recette de ce cru 2018 n’a quasiment pas changé, et tant mieux : KSM continue à proposer ce qu’il fait le mieux (en tout cas on l’imagine mais peut-être qu’ils sont également doués en R&B allez savoir) à savoir un black metal ritualiste et dissonant, qui pose son ambiance et aime à répéter son propos pour emporter l’auditeur dans une sorte de transe diabolique dont il ne sortira pas indemne. Et la machine de guerre est en forme, ouvrant les festivités avec le monumental « Residual Blight ». Si vous avez appréhendé le précédent album de KSM, ce premier titre devrait vous mettre à l’aise.  On retrouve toujours ce chant haineux au possible, ces riffs dissonants et surtout cette batterie incroyable, qui va une fois de plus être à la fête sur tout cet album. A noter sur ce morceau, le moment-clé à partir de 3min25 où tout bascule et où le morceau déjà excellent devient absolument dantesque notamment du fait du jeu de batterie. Quasiment groovy, il vous donnera presque envie de danser. Impossible de rester indifférent en tout cas. On est obligé une fois de plus de chanter tous les louanges possibles de ce batteur phénoménal et de ses parties de batterie folles d’inventivité et de dextérité (cette utilisation des cymbales!!). Darkside est clairement et sans nul doute l’un des meilleurs batteurs en activité.

Les morceaux suivants demanderont peut-être un peu plus d’écoutes pour être bien assimilés mais le jeu en vaudra une fois de plus la chandelle et vous chancellerez alors devant des morceaux comme le morceau titre (là encore batterie incroyable à partir de 2min32) et ses « No One Will Be Awaken!!! » terrifiants invoqués par Destroyer suivis peu après par des chœurs incantatoires effrayants. Glaçant mais redoutable.

Nouveaux venus dans la secte KSM soyez une nouvelle fois prévenus : se dégage de la musique du groupe une monotonie de prime abord qui risque de vous rebuter à la première écoute. A la 5ème écoute vous vous prosternerez comme nous tous devant ce qui ressemble en fait davantage à un rituel musical en 6 actes emportant tout dans une transe haineuse mais pourtant jubilatoire.

Je suis tout de même dans l’obligation de tempérer juste un peu mon enthousiasme sur deux aspects : d’abord « The Other Death » proprement génial sur sa 1ère moitié est un peu trop long à la conclusion sur sa 2ème partie, un peu trop atmosphérique et pour le coup quand même un peu trop longue et monotone pour son propre bien. Et puis il y a cette pochette que je trouve un peu décevante en comparaison notamment de celle d’Enemy of Man. J’en ai fini pour les critiques.

Car au cas où ça n’aurait pas été suffisamment clair encore : Kriegsmaschine est un grand projet, unique, et ce nouvel album confirme s’il le fallait tout le bien qu’on en pense. L’émanation la plus ritualiste de MGLA s’avère aujourd’hui aussi indispensable et monstrueuse que son diabolique parent. Aussi indispensable que ce magistral Apocalypticists.

Tracklist :
1. Residual Blight
2. The Pallid Scourge
3. Lost in Liminal
4. Apocalypticists
5. The Other Death
6. On the Essence of Transformation

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Jimmy Jazz says:

    Merci pour la découverte ! Effectivement la batterie est terrible. Là où seul le riffing des guitares auraient pu être lassant à la longue, les patterns de batterie nous accrochent comme un poisson à un hameçon dont il est impossible de s’echapper.

  2. NoOpinion says:

    C’est bête que Destroyer n’ait jamais participé à l’album. Encore plus triste de ne pas reconnaître la voix de M. de Mgla.

    • Equipe Eklektik Equipe Eklektik says:

      Nom d’un p’tit bonhomme, en effet tu as raison, erreur de ma part. Marrant j’avais complètement zappé que Destroyer n’était là que pour compléter le chant (de façon discrète d’ailleurs), ce que j’avais pourtant noté dans ma chronique du précédent album. Au temps pour moi! Donc apparemment Destroyer a quitté le groupe. Honnêtement au final je dois dire que je ne vois pas trop la différence qu’il soit là ou pas… Merci donc pour ta correction, un peu moins pour ton arrogance qui ne me paraissait pas indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *