Old Wounds – Glow

Pas de commentaires      462
Style: neo emo metalcore des 2000'sAnnee de sortie: 2018Label: Good Fight Music

Old Wounds est un électron libre de la scène hardcore US, le groupe du New Jersey profite d’ailleurs de son nouvel album Glow pour se renouveler encore un peu. Et comme ils avaient plein de vieilles soupières sous la main, ils s’en sont servi allègrement pour leur inspiration, en plein dans les années 90’s: le néo metal, le post-hardcore et même un peu d’indus de l’époque remis au goût du jour. Et tout ça, ils l’assument totalement dorénavant.

Ainsi Glow nous permet de jouer au jeu des similarités: « Your God v. Their God » démarre dans un metalcore à l’ancienne pas trop éloigné de Snapcase tandis que le chorus nous ramène plus franchement vers Glassjaw, Kevin Iavaroni faisant toujours preuve d’un saisissant mimétisme vocal avec Daryl Palumbo (qui n’a jamais été aussi évident). Effet renforcé sur « Stripes » où ses parties vocales, énervées comme cleans, sont encore plus dans les tons (avec un refrain encore plus Deftonien). Old Wounds déconcerte un peu ici: tout est fait « à la manière de » et donne l’impression d’entendre des chutes de studio de Worship And Tribute, mais en même temps on sait que c’est un groupe différent, d’où un sentiment étrange.

Un sentiment conforté par « Beauty Mark », titre bien différent, plus calme et à la rythmique synthétique rappelant AFI ou Blaqk Audio (Iavaroni singeant Davey Havok ici). Mais une fois de plus, tout fonctionne, de la mélodie au climat goth. On pourrait continuer ce jeu des comparaisons encore longtemps, mais cela n’altère pas du tout l’appréciation de ce Glow. La suite est en effet tout aussi efficace, que ce soit dans ses phases déchaînées (l’indus vénère « Vanilla Filth » ou « I’m Only Smiling On The Outside », titre à l’outro pourtant radouci) que dans ses parties plus axées sur les mélodies (« To Kill For » ou « Failed Design » au refrain – Chino Moreno approves – planant super entêtant et qui voit une participation du chanteur de Motionless In White, voire le final désabusé « No One Listens When You Fall Apart »).

Glow est au final un album conçu par des mecs bercés par les années 2000 ayant pour cible des gars comme eux: les mêmes auditeurs de Glassjaw, Deftones, Finch et cie. de l’époque. Quasiment vingt ans plus tard, la formule pourra paraître trop recyclée, trop proche des originaux pour certains tandis que d’autres s’en délecteront avec nostalgie: un bonbon pour anciens kids en baggy.

  1. Your God v. Their God
  2. Stripes
  3. Beauty Mark
  4. Give A Name To Your Pain
  5. Surgical Dream
  6. I’m Only Smiling On The Inside
  7. To Kill For
  8. Vanilla Filth
  9. Failed Design
  10. No One Listens When You Fall Apart

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *