Teenage Wrist – Chrome Neon Jesus

Pas de commentaires      215
Style: shoegaze/dreampopAnnee de sortie: 2018Label: Epitaph Records

Autrefois maison mère de tout ce qui se faisait de mieux en matière de punk rock (en même temps, c’est un certain Brett Gurewitz de Bad Religion qui l’a fondée), Epitaph Records a ensuite ouvert son catalogue à d’autres styles plus ou moins liés, signant de nombreuses formations incontournables (Converge, Architects, Parkway Drive ou encore Bring Me The Horizon) ainsi que d’illustres inconnus. Teenage Wrist fait partie de cette seconde catégorie.

Jeune trio de Los Angeles repéré suite à leur premier EP de 2015, Teenage Wrist intervient dans un style qui n’avait pas encore été (à ma connaissance) abordé sur leur label: le shoegaze. Un style que le groupe se réapproprie aisément puisque seules quelques secondes du morceau-titre viennent nous convaincre: de son intro toute douce à l’arrivée du mur de guitares distordues en passant par le chant désabusé plein de réverb, on nage en terrain (très) connu mais les mélodies sont tellement accrocheuses…

Un peu comme chez Slow Crush dont je vous ai parlé il y a quelques temps, Teenage Wrist n’a pas son pareil pour créer des atmosphères de rêverie (« Supermachine » ou « Spit » montrant leur facette la plus douce) contrebalancées par des passages plus lourds (« Black Flamingo »ou la conclusion « Waitress » où la disto typique des guitare est bien mise à contribution). Un schéma qui ne doit son salut qu’à une gestion parfaite des harmonies et des mélodies. Sans singer les cadors de la scène, le groupe s’inscrit plus dans la dynamique d’un Cheatahs, de la dernière mouture de Hundredth ou des sud-africains Sakawa Boys, soit des titres aux dynamiques très marquées et aux arrangements particulièrement envoûtants. Un joli premier album constellé de tubes.

  1. Chrome Neon Jesus
  2. Dweeb
  3. Swallow
  4. Stoned, Alone
  5. Supermachine
  6. Black Flamingo
  7. Kibo
  8. Rollerblades
  9. Daylight
  10. Spit
  11. Waitress

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *