The Ocean – Phanerozoic I: Palaeozoic

2 Commentaires      706
Style: Metal / Hardcore AtmosphériqueAnnee de sortie: 2018Label: Metal Blade

Retour des allemands de The Ocean, avec la première partie d’un concept album centré sur la période phanérozoïque, qui se situe juste après l’époque précambrienne comme tout le monde le sait. Temporellement vous l’avez deviné, on se situe donc juste après l’album Precambrian des allemands, le deuxième volet de ce concept en 2 parties devant sortir fin 2019 ou début 2020.

Il s’agit du 4ème album de l’ère Rossetti, vocaliste depuis 2009. Pour le reste, l’entité The Ocean reste d’abord et avant tout la chose de Robin Staps et celui-ci ne bouleverse ici rien de ses habitudes de composition. On retrouve donc ce metal/hardcore agressif et atmosphérique, riche d’instrumentations précieuses à grand renfort de piano, ou cordes, qui s’est avéré si marquant notamment sur les premières années du groupe. A noter que ce premier volet est tout de même majoritairement lourd et agressif, reste à voir si le 2ème chapitre sera plus nuancé ou aérien ou s’il s’inscrira dans cette même veine.

Vous le savez si vous avez suivi les chroniques des différents albums du groupe, je ne suis pour ma part toujours pas le plus grand fan de cette deuxième ère du groupe, ayant toujours du mal à me faire au chant clair particulier de Rossetti. J’ai détesté Heliocentric (sans aucun doute le plus mauvais album du groupe surtout en tant que successeur de l’immense Precambrian) et bien que je pense ne jamais craquer sur un album de The Ocean comme j’ai aimé (et aime encore) les 3 premiers albums du collectif, j’ai tout de même apprécié Anthropocentric, et vraiment beaucoup aimé (à ma grande surprise) Pelagial le dernier album en date. Mais à chaque écoute d’un nouvel album du groupe le constat est le même : j’ai toujours autant de mal à me faire au chant clair de Rossetti que je n’arrive pas à apprécier et qui me gâche l’écoute de certains morceaux (par exemple sur « Silurian: Age of Sea Scorpions » qui reste musicalement excellent – et aurait d’ailleurs pu figurer sur Precambrian tant il s’en rapproche dans le style – mais sur lequel Rossetti utilise beaucoup le chant clair). Je suis pourtant désormais habitué mais il est maintenant évident qu’il s’agit au final d’une simple question de goût et que cela a peu de chances de changer : sans qu’il soit mauvais ou techniquement à la rue, je n’aime juste pas le timbre de voix de Rossetti.

Je ne dois cependant pas être le seul puisque le groupe continue de proposer son album dans une version 100% instrumentale sur les plateformes d’écoute en ligne. Reste que le groupe qui a finalement (et malheureusement) assez peu recours à des invités depuis plusieurs albums (alors qu’il l’avait fait pour Aeolian et Precambrian, qui restent les deux chef d’œuvres du groupe à mes yeux) a heureusement la bonne idée d’inviter sur ce cru 2018 simplement un des meilleurs vocalistes à chant clair du metal aujourd’hui : Jonas Renkse, immense chanteur de Katatonia. Staps a expliqué que The Great Cold Distance est un album important pour lui et que Renkse a un talent particulier pour poser sa voix sur de la musique heavy. On ne peut pas le contredire et la démonstration est d’autant plus marquante que le morceau sur lequel chante Renkse, « Devonian : Nascent » dure plus de 11 minutes et permet de se régaler du chant de Renkse, tellement (évidemment) supérieur (et chargé d’émotions) à celui de Rossetti. Une bonne idée donc même si l’on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression d’entendre Katatonia plutôt que The Ocean sur les passages calmes (Rossetti venant tout de même poser son chant hurlé à un moment donné), le chant de Renkse étant tellement associé à son groupe.

Il n’y a rien à dire sur la qualité de la musique de ce nouvel album de The Ocean et si vous appréciez le chant de Rossetti vous devriez sans nul doute être comblé par ces 7 nouvelles compositions. Staps reste un compositeur assez génial dans son genre, et Phanerozoic I: Palaeozoic est clairement un bon album qui s’inscrit dans la droite ligne de Precambrian (2ème disque évidemment), ce serait injuste et malhonnête de prétendre le contraire. Mais pour ma part je me rends compte que je n’ai pas envie d’écouter un nouvel album du groupe dans cette configuration et préfère me tourner vers les réalisations passées quand l’envie me prend d’écouter du The Ocean. D’autant qu’au final, la formule ne varie que peu. Peut-être s’agit-il d’un avis temporaire amené à évoluer lors de la sortie du deuxième volet de l’album mais ce qui est certain c’est que malgré ses qualités, ce nouvel album de The Ocean ne figurera pas dans mon top annuel 2018. C’est d’ailleurs aussi ce qui explique que j’ai mis autant de temps à accoucher de cette chronique…

Tracklist :
1. The Cambrian Explosion
2. Cambrian II: Eternal Recurrence
3. Ordovicium: The Glaciation of Gondwana
4. Silurian: Age of Sea Scorpions
5. Devonian: Nascent
6. The Carboniferous Rainforest Collapse
7. Permian: The Great Dying

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 872 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. jonben says:

    J’ai exactement le meme avis, mais de mon coté j’avais totalement laché depuis Precambrian et c’est depuis le seul album du groupe que j’apprécie vraiment.

  2. molen says:

    Le chant on aime ou on n’aime pas ( perso j’aime bien) mais un tel album s’ecoute au casque pour apprécier toutes les subtilités.
    La musique s’est enrichie de synthé et autres nappes électroniques, une comparaison possible avec vertikal de cult of luna?
    Parcontre je trouve que le niveau technique du jeu de la batterie a un peu baissé par rapport à anthropocentric et pelagial.
    On chipotte car musicalement the ocean ne m’a pas déçu et que dire du packaging, comme toujours à l’image du travail de composition un bel objet!

    Alors vivement la tournée prévue au printemps!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *