Health – Vol4 :: Slaves of Fear

Pas de commentaires      235
Style: Pop IndustrielleAnnee de sortie: 2019Label: Loma Vista Recordings

4 ans… Il a fallu 4 ans pour que les américains de Health donnent enfin une suite à l’excellent Death Magic. Dans l’intervalle on a eu droit à plusieurs albums de remixes pas toujours très intéressants. Je n’avais même pas suivi leur actualité récente, et n’étais donc même pas au courant de l’arrivée imminente d’un nouvel album, et le 8 février il était là. Tout frais tout beau.

A lire certains articles (coucou Pitchfork!) le départ de Jupiter Keyes en 2015 durant la tournée qui a suivi la sortie du précédent album, aurait un impact énorme sur ce nouvel album. Au point que l’album obtient sur Pitchfork la note calamiteuse de 3,4 sur 10… Evidemment on n’accordait déjà pas beaucoup de crédit à cette soi-disant sacro-sainte référence de la chronique musicale sur le Woueb, mais tout de même, on a désormais la confirmation que Pitchfork raconte vraiment de la merde, car ce nouvel album de Health, sans Jupiter Keyes, est au contraire une petite bombe.

On imagine (sans avoir d’info précise sur le sujet), des désaccords d’orientation sur la suite du groupe entre Jupiter et ses ex acolytes, mais on s’en fout un peu et tant pis pour Jupiter, car ce Vol4 :: Slaves of Fear s’inscrit bel et bien dans la continuité du précédent album. Le côté très pop de certains titres comme « Life » a peut-être un peu été atténué sur un album qui fait davantage la part belle aux riffs indus et martiaux bien « fat », comme on pouvait les apprécier sur l’excellent « Stonefist », premier véritable morceau de Death Magic. Et ça tombe foutrement bien parce que ce morceau était mon préféré… L’orientation de ce nouvel album est donc personnellement exactement ce que j’espérais et le résultat me ravit au plus haut point. Ecoutez donc le fantastique « Feel Nothing » et vous saurez rapidement si Health version trio va vous brancher.

Soyons clairs, même un peu moins pop, le style du groupe reste résolument mélodique, la voix de Jake Duzsik étant encore et toujours la caution « mélodique » du groupe, suave, doucereuse, shoegaze même. Inventer le shoegaze indus, il fallait y penser… L’atmopshère générale de l’album est une fois encore à la mélancolie et même à la tristesse.

Que le groupe verse dans une sorte de torpeur shoegaze pratiquement trip-hop sur « NC-17 » (et ses basses énormes), un doom écrasant sur « Black Static », ou qu’il aille taper droit dans le mille avec « Feel Nothing », « Strange Days (1999) » ou « Slaves of Fear », le dénominateur commun de toutes ces baffes sera bel et bien ces riffs de grosse pute metal indus qui vous concassent la tête avec bonheur. En clair et pour faire simple Health fait exactement la musique que j’aurais voulu entendre chez Nine Inch Nails, Reznor partant malheureusement bien trop souvent dans des délires expérimentaux pénibles et inutiles.

Ce nouveau cru c’est 38 minutes par-faites, même si on sera dans un premier temps plus marqué par les morceaux balancés sans surprise comme singles (« Feel Nothing », « Strange Days (1999) » et « Slaves of Fear »). Il ne faudra que quelques écoutes de l’album entier pour être complètement possédé par l’intégralité de ces 12 titres remarquables qui s’enchaînent à merveille. A noter le final « Decimation », ballade poignante, plus légère musicalement mais pas moins plombée dans le ton (le titre ne ment pas).

On est en février 2019, et je tiens déjà l’un de mes albums de l’année, un grand merci à Health!

Tracklist :
1. Psychonaut
2. Feel Nothing
3. God Botherer
4. Black Static
5. Loss Deluxe
6. NC-17
7. The Message
8. Rat Wars
9. Strange Days (1999)
10. Wrong Bag
11. Slaves of Fear
12. Decimation

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 861 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *