Ribozyme – Argute

Pas de commentaires      278
Style: Rock MetalAnnee de sortie: 2019Label: Indie Recordings

Ribozyme : Molécule d’ARN capable d’assembler des morceaux d’ARN selon les processus habituels aux enzymes (source : Wikipedia). On est bien avancé non ? Je me sentais obligé de chercher la définition de ce mot étrange (même si je n’ai évidemment rien compris) choisi en guise de patronyme par ce groupe norvégien sur lequel je n’étais encore bizarrement jamais tombé. Et pourtant! Argute est leur 7ème album… Le groupe existe depuis 1998, et on y retrouve l’ancien batteur des excellents Major Parkinson.

Pour le reste, les rares articles évoquant ce groupe ne s’embarrassent pas pour le décrire et parlent en général paresseusement d’un groupe de hard rock, ce qui ne veut évidemment pas dire grand chose. D’autant que ce nouvel album présente une facette plutôt moderne, qui détone pas mal avec ce descriptif évoquant dans mon esprit davantage des groupes plus old-school. A dire vrai on comprend qu’il soit plus aisé de se laisser aller à coller une étiquette fourre-tout à ce groupe dans la mesure où sa musique n’est pas forcément simple à définir, virevoltant entre passages rock et autres plus metal. On pense parfois à un Black Peaks peut-être un peu moins aventureux (les titres sur Argute étant plutôt  d’un format classique autour de 4 minutes) mais à peu près aussi efficace et démontrant cette capacité à flirter avec différents genres avec qualité.

Quoi qu’il en soit, du haut de ses 9 titres pour 34 minutes, cet album est court mais en tout cas franchement excellent. C’est même une belle petite claque complètement inattendue. Le clip petit budget de « Plasma », sans grand rapport avec le concept visuel de l’album et la connotation scientifico-physique du nom du groupe ne nous aidera certes pas à vraiment cerner l’univers musical du groupe, mais ce morceau en lui-même est très réussi et fait office de carte de visite efficace pour aider le groupe à exposer ses grandes qualités : un vocaliste plus que compétent (évoquant parfois la voix du chanteur de Godsmack en particulier sur « Pleasures of Drowning ») qui chante vraiment, des mélodies irrésistibles, en particulier sur les refrains assez monumentaux qui parsèment le disque (je pourrais citer la quasi-totalité des titres, mais s’il faut donner quelques exemples, « Haunted a Minute Ago » ou « Tied to the Grid » feront très bien le job), et même des solos de guitare efficaces et jamais pénibles (alors que les solos de guitare c’est quand même très souvent très chiant, non ?).

Du coup comme toujours quand c’est (très) bien, l’album passe bien trop vite, on aurait facilement pris quelques titres supplémentaires, d’autant plus que l’album n’est pas parfait car « Pleasures of Drowning » fait malheureusement un peu tâche avec ses polyrythmies djent pas très intéressantes et qui le font rentrer dans le rang et s’abaisser au niveau d’un sous Vola… Définitivement Messieurs soyez prévenus : il serait dommage que ce titre soit révélateur d’une évolution future qu’on serait alors contraint de fortement déplorer!

Ce titre ne m’empêchera cependant pas de rester très enthousiaste au moment de conclure cette chronique, car Argute est un album qui m’a vraiment conquis et que je me suis passé en boucle plusieurs jours durant. Dommage qu’il ne sorte par contre qu’en vinyle ou numérique, laissant les quelques amateurs de CD qui restent encore, avec uniquement leurs yeux pour pleurer…

Tracklist :
1. Sonic Wealth
2. Haunted a Minute Ago
3. Argute
4. Pleasures of Drowning
5. Tied to the Grid
6. Coerced
7. Out of Orbit
8. Allegiance to the Damned
9. Plasma

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 861 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *