Ashen Horde – Fallen Cathedrals

Pas de commentaires      293
Style: black/death progressifAnnee de sortie: 2019Label: Extreme Metal Music/Rockshots Records

Fondé du côté de Los Angeles en 2013, Ashen Horde est au départ le projet solo d’un certain Trevor Portz qui s’est ensuite fait rejoindre par un chanteur, Steve Boiser (Inferi, ex-Vale Of Pnath). Deux albums et deux EP plus tard (dont le dernier The Alchemist, sorti en 2017, était la première collaboration entre les deux hommes), le duo s’attaque avec ce Fallen Cathedrals à un concept-album basé sur « I.G.H. » (qui a pour titre original « High Rise »), oeuvre d’anticipation de l’auteur britannique J. G. Ballard…

« Parity Lost » nous entraîne directement dans une alliance de black et de death metal, entre furie et mélodies progressives plus franches. Un premier titre très mouvementé, où voix black et death se répondent sur une dynamique ultra vitaminée avec même une surprenante partie où Portz vient poser sa voix clean et quelques brefs breakdowns dans l’esprit deathcore. Sept minutes et demie dont chaque séquence impressionne, restant cohérentes malgré cet aspect un peu « fragmenté ». En tous cas, cela donne le ton de ce Fallen Cathedrals ! « Profound Darkness » poursuit dans la même veine avec à nouveau ce mélange d’agressivité extrême et de passages mélodiques plus marqués, idem pour « Retaliation-Regret » où la voix death possède les growls les plus impressionnants. La recette du duo fonctionne très bien, c’est dense mais très carré et propre, et il va même s’accorder quelques entorses en allant là où ne l’attendait pas du tout !

« The Vanishing » débute en effet de manière assez in your face avant de nous offrir un inattendu break progressif sautillant avant de revenir vers les riffs initiaux de ce titre. « Cages » sort aussi du lot par son entame mélodique avec voix brouillée par l’écho puis par ses multiples séquences, frénétiques, entrecoupées de breaks groovy avec une basse prenant parfois les devants. Enfin « Final Ascent » apparaît comme un titre où la voix black metal est la plus utilisée (un titre possédant aussi un bon break aux couleurs progressives) tandis que le très dense « Face Of The Enmity » viendra conclure avec une brutalité exacerbée. Une fausse-conclusion puisque le titre-bonus « Primal » s’en chargera, toujours dans cette même optique entre rage, groove et mélodies.

Fallen Cathedrals est donc un sacré melting-pot d’influences: du black, du death, du mélodique, du technique (avec quelques soli pas piqués des hannetons), du progressif, de l’expérimental. On ne peut que s’incliner devant la maîtrise instrumentale de Portz parvenant à sonner parfaitement partout (avec une mention pour la basse, impeccable et totalement audible du début à la fin). Toutefois, tout cela sonne quand même très compact et éreintant sur la longueur, l’aspect « assemblage de riffs » pourrait décourager mais prendra le temps qu’il faudra pour s’apprivoiser. Une chouette découverte !

  1. Parity Lost
  2. Profound Darkness
  3. Retaliation/Regret
  4. The Vanishing
  5. Atavism
  6. Cages
  7. Final Ascent
  8. Face Of The Enmity
  9. Primal

Bandcamp

beunz
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *