Helevorn – Aamamata

Pas de commentaires      436
Style: gothic/doom metalAnnee de sortie: 2019Label: BadMoodMan Music

Helevorn tient son nom d’un lac dans le Simarillion de Tolkien et vient d’Espagne (contrairement à ce que son titre d’album laissait paraître, j’aurais pensé à un groupe finlandais de prime abord). Le groupe s’est formé il y a déjà vingt ans et a sorti trois albums et une démo avant ce Aamamata. Œuvrant dans un doom metal allant chercher du côté gothique de la force, les espagnols nous ramènent pendant quasiment une heure dans le sillage de groupes comme Swallow The Sun, Theatre Of Tragedy ou encore Draconian.

Cinq ans après Compassion Forlorn, Helevorn poursuit sous les mêmes auspices avec une remarquable entame « A Sail To Sanity », plutôt épique avec son synthé englobant les riffs plutôt maousses de ses comparses. Mais c’est le vocaliste Josep Brunet qui tire son épingle du jeu, aussi à l’aise en growl qu’en chant clean (au timbre ma foi assez agréable), il mène la barque de manière très convaincante. Et si le début de « Goodbye Hope » fait un peu tiquer par sa ressemblance avec Evanescence (si si, la mélodie !), la suite s’avère plus mouvementée, puissance et émotion étant au rendez-vous.

Les thèmes choisis par le sextet de Palma sont surtout en lien avec la mer (et fatalement l’actualité), notamment « Blackened Waves » qui traite des migrants tentant de traverser la Méditerranée au péril de leur vie (pour un titre assez poignant), ou encore « Nostrum Mare (Et deixo un pont de mar blava) » – comme son nom l’indique – qui est un titre essentiellement chanté en catalan avec des parties de voix parlées (dont une féminine en français). Une thématique aussi représentée par la très jolie cover de ce Aamamata.

On retrouve aussi sur cet albums quelques influences orientales comme pendant « Aurora » contenant instruments et voix féminine, des ambiances un peu plus aériennes comme sur « The Path To Puya » (titre qui voit d’ailleurs la participation de Heike Langhans, chanteur de Draconian), celles-ci parfois mêlées à des parties acoustiques du meilleur effet (« La Sibil-la »). Tout cela forme un album varié malgré sa connotation générale, essentiellement dans la tristesse.

Aamamata est au final un album marquant une évolution importante pour Helevorn, mettant beaucoup plus de chant clair dans sa musique qu’auparavant. Une envie de changement qui ne se traduit pas pour autant par un délaissement de ces atmosphères assez pessimistes, marque de fabrique du groupe avec cette présence du synthé (parfois un peu trop présent d’ailleurs). Neuf nouveaux titres bénéficiant d’une très bonne production, claire et puissante, de quoi séduire les fans du genre.

  1. A Sail To Sanity
  2. Goodbye Hope
  3. Blackened Waves
  4. Aurora
  5. Forgotten Fields
  6. Nostrum Mare (Et deixo un pont de mar blava)
  7. Once Upon A War
  8. The Path To Puya
  9. La Sibil-Ia

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *