Devil Master – Satan Spits On Children Of Light

Pas de commentaires      328
Style: occult black metal/punkAnnee de sortie: 2019Label: Relapse Records

Un peu moins exposé qu’il y a quelques années de ça, Relapse Records est toujours debout, défendant toujours le metal extrême quel qu’il soit et sortant régulièrement des sorties intéressantes entre les « gros » groupes (Obscura l’an dernier par exemple), les valeurs sûres (Inter Arma) et quelques découvertes telles que ce Devil Master, jeune groupe de Philadelphie qui signe donc ici son premier véritable album.

Après avoir lu son titre puis avoir vu la trogne du groupe (photo prise sur le tournage d’un film de série Z, ou à la fête d’Halloween de ton voisin), on peut douter du sérieux de la musique de Devil Master. L’intro au piano de manoir hanté continue à semer le doute mais lorsque « Nightmares In The Human Collapse » démarre, fini de rire ! Rythmique d-beat, riffing black/speed metal à l’ancienne, voix d’abord parlée puis arrachée, la plongée dans le film d’horreur (old school) de Devil Master peut enfin débuter.

Le groupe propose là un cocktail d’influences assez (d)étonnant, joue avec les échos du micro, donnant souvent un aspect deathrock/post-punk à leur black metal, cela se vérifie par les irrésistibles brûlots que sont « Black Flame Candle », « Devil Is Your Master » (et son riff épique ultra entêtant) ou encore le catchy « Desperate Shadow ». Devil Master sait varier les plaisirs en livrant des titres plus structurés tels l’inquiétant « Skeleton Hand » ou le surprenant « Webs Of Sorrow », démarrant mid-tempo avant de s’emballer vers le crust puis les cavalcades thrashisantes.

Satan Spits On Children Of Light aurait très bien pu sortir dans les années 80 tant le parti pris sonore old school se voit totalement assumé, empruntant donc à de nombreux styles underground de l’époque. Telle l’improbable rencontre de Mayhem, Christian Death, Slayer et Amebix dans un château où occultisme et satanisme sont de rigueur (à vérifier sur l’artwork), Devil Master livre un premier album aussi décadent que rafraîchissant, blindé de riffs démangeant la nuque pour un headbang grand-guignolesque.

  1. Listen, Sweet Demons…
  2. Nightmares In The Human Collapse
  3. Black Flame Candle
  4. Devil Is Your Master
  5. Christ’s Last Hiss
  6. Skeleton Hand
  7. Nuit
  8. Gaunt Immortality
  9. Desperate Shadow
  10. Her Thirsty Whip
  11. Dance Of Fullmoon Specter
  12. Webs Of Sorrow
  13. XIII

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *