JØTNARR – S/T

Pas de commentaires      357
Style: blackened crust/sludgeAnnee de sortie: 2019Label: SuperFi Records/React With Protest/Prismatik/Rip Roaring Shit Storm Records/Vetala Productions/FHED/IFB Records

Si l’on s’en était tenu à la simple lecture de son nom, tout porterait à croire que JØTNARR est un nouveau groupe venu de Norvège voire du Danemark, mais raté, ce trio barbu débuté en 2013 vient d’un peu plus au sud, de Grande-Bretagne plus précisément (Colchester). Mais forcément avec un tel patronyme, l’influence nordique transparaît dans leur musique. Le black metal occupe une place prépondérante mais se voit complété par des éléments venus du crust, du screamo comme du sludge, tout ça pour un résultat final bien loin de la mode « post-black » actuelle.

« Ever Further Mark » nous confirme cela en à peine plus de deux minutes. C’est bien à du blackened crust que l’on à affaire là: pied au plancher pour démarrer, bien épique au niveau du riffing tandis que la voix est rugie comme il faut. Une excellente entame bien servie par des variations rythmiques de qualité. Et ce n’est alors là que le début d’une série de titres plus efficaces les uns que les autres, n’hésitant pas les transitions osées du crustcore le plus sauvage au post-metal plus posé (voire post-rock pour le final de « Spit The Taste/Vile »).

Ces modulations de vitesse parsèment donc ce premier album, qu’elles soient en intro (l’énorme « Drugs. Terror. Death. » à l’entame assez proche d’un Rosetta, plutôt aérienne, ou celle de « Nazgul Youth », sautillant instrumental devenant soudain plus sombre) ou sur la (quasi) totalité d’un titre (les sludgy « Sleeper » et « Tremulous White »), les différentes influences apparaissent comme totalement digérées au service d’un boulot de composition optimal, mêlant puissance et feeling (l’incroyable « Jersey Devil », où la facette la plus féroce du groupe fait jeu égal avec la plus sensible pour un résultat aussi épique que touchant).

JØTNARR propose là au final un excellent premier long-format confirmant toutes les promesses contenues dans leur EP Burn And Bury (2015). L’urgence ravageuse d’un Tragedy ou d’un Martyrdöd côtoie ici le sludge atmosphérique sensible façon Isis pour un mélange on ne peut plus détonnant, au pouvoir accrocheur donnant envie de mitrailler la touche « repeat ». Grosse révélation !

  1. Ever Further Mark
  2. Spit The Taste/Vile
  3. Sleeper
  4. Drugs. Terror. Death.
  5. Nazgul Youth
  6. Tremulous White
  7. The Blissful Extinction
  8. Jersey Devil
  9. Hermit

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaires sur le forum :

Commencez la discussion sur notre forum: