Amanita Virosa – Original Plague

Pas de commentaires      523
Style: hospital metalAnnee de sortie: 2019Label: Inverse Records

Avec son nom de champignon vénéneux, Amanita Virosa (« amanite vireuse » en VF) est un groupe finlandais jouant du « hospital metal ». Avec une telle dénomination (et leurs costumes de train fantôme, au vu des photos promos), on aurait pu s’attendre à une musique torturée et donc « malade » à la manière d’un Silencer, or le groupe s’oriente en réalité vers un tout autre chemin…

Dominé par une base rythmique issue du death mélodique, Amanita Virosa y ajoute donc quand même quelques vocaux black metal ainsi que des claviers parfois sympho-épiques proches du power metal. Une mixture peu ragoûtante à mon goût mais qui correspond bien à ce qu’on entend. Dès « I Walk Away » (car le prélude est juste une intro instrumentale dispensable), on sent que les finlandais souhaitent injecter du dynamisme à leur metal, incluant des atmosphères « hantées » et un piano, lui aussi très (trop) présent.

Instrumentalement plutôt entraînante entre gros groove et trémolo à un rythme effréné, la musique d’Amanita Virosa vaut surtout pour son vocaliste, rugissant la plupart du temps avec des growls puissants, celui-ci sait donc aussi parfois changer de registre vers des cris davantage black metal voire quelques spoken words (« Weak, Strong & Wise »). Les finlandais ont trouvé une recette perso plutôt originale sauf que passé le single, peu de mélodies se montrent aussi marquantes. La faute à des instrumentaux plutôt datés, pompeux et vite horripilants. Ces mélodies nous renvoyant dans l’âge d’or du black sympho pouet pouet ont du mal à faire mouche malgré les efforts visibles des protagonistes.

L’appellation « hospital metal » est donc très trompeuse, pas de frisson ni de malaise à l’écoute de ce Original Plague. Amanita Virosa propose un melodeath « moderne » mais qui sonne à l’ancienne avec ses atmosphères gothiques. Un second album (après Asystole, paru en 2015) plutôt homogène, manquant d’un peu de fun au vu des costumes et un peu plombé par la mise en avant des claviers. De quoi tout de même ravir les amateurs de groupes mélodiques comme Insomnium ou Graveworm.

  1. Prelude
  2. I Walk Away
  3. My Enemy
  4. Despair Is For The Living
  5. Weak, Strong & Wise
  6. Open Your Mouth
  7. Armias, Ole Huorani
  8. This Night
  9. Hatred Becomes Entwined
  10. Longing
beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *