Body Of Light – Time To Kill

Pas de commentaires      711
Style: dark synthpopAnnee de sortie: 2019Label: Dais Records

Formé en 2012 en Arizona par les frères Jarson, Body Of Light a su façonner sa musique à la lisière des genres: synthpop, new wave, goth, techno, le tout avec un soin particulier à sonner « à l’ancienne » sans pour autant plagier les artistes/groupes des années 80 et 90. Après quelques sorties chez Chondritic Sound et Ascetic House, le groupe a naturellement signé sur Dais Records, label de Drab Majesty, autre duo qui apprécie les ambiances glaciales rencontrant des mélodies plus « sucrées ».

Car Body Of Light sonne d’emblée assez kitsch sur le titre éponyme: « Time To Kill » possède le type de son des premières compilations « Top DJ » qui résonnaient dans les boums des années 80 (rappelle-toi, jeune trentenaire !) avec ses rythmiques synthétiques prêtant presque à rire aujourd’hui. Pourtant les frérots mixent ces rythmiques avec un chant typiquement new wave avec un refrain pouvant rappeler ce que fait Blaqk Audio (le side-project electro-pop de membres d’AFI) et une ambiance assez froide. Un mélange d’ambiances qui déconcerte aux premières écoutes mais qui fonctionne totalement lors des suivantes !

Un premier titre quand même un peu à part car la suite continue dans des contrées un peu plus sombres mais toujours tubesques. « Heart Of Shame » puis surtout l’enivrant « Don’t Pretend » apparaissent plus évidents avec des mélodies vocales planantes, de très bons refrains et une rythmique troublante jouant avec les harmonies. Et derrière tout ça, le duo possède l’étonnante faculté de mélanger noirceur et rythmiques dansantes (« Violent Days »), bien qu’il se montre tout aussi à l’aise quand il distille ses émotions avec plus de retenue (« Under The Dome »).

Dégageant un feeling pop 80’s assez proche d’un Pet Shop Boys version goth (« Fear ») voire d’un Depeche Mode, le reste de ce Time To Kill s’écoute avec délectation et bien sûr pas mal de nostalgie (avec cover datée de rigueur). A découvrir en live très prochainement en Europe en première partie de Drab Majesty.

  1. Time To Kill
  2. Heart Of Shame
  3. Don’t Pretend
  4. Fever Freak
  5. Fear
  6. Dangerous
  7. Violent Days
  8. Stormy
  9. Under The Dome

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *