Throes – In The Hands Of An Angry God

Pas de commentaires      221
Style: sludge/doomAnnee de sortie: 2019Label: Holy Roar Records

Il y a de ça quelques années était sorti le très bon premier (et unique) album éponyme d’un groupe de l’Idaho aimant les chantiers de démolition. Bone Dance avait alors toutes les cartes en main afin de devenir le digne successeur de Coalesce sauf que le groupe a stoppé ses activités peu après. Certains de ses membres ont donc monté Throes avec les mêmes envies destructrices, s’en est suivi To Dust (2015), très bon premier EP ayant entraîné une signature sur le label anglais Holy Roar qui voit avec In The Hands Of An Angry God son album le plus lourd de l’année (voire de leur existence ?).

Car ce premier album est ultra massif. Mené par un vocaliste aux allures de grizzli en rut, Throes ne fait pas semblant d’être méchant, empruntant une voie très similaire à celle de Bone Dance. Mur de son plein de gravats dans la gueule, basse qui appuie salement, on navigue sur des eaux boueuses plutôt familières sauf que Throes parvient à ne pas sombrer dans la redite en se renouvelant à bien des moments.

Sur « They Never Spoke » par exemple, Throes a su conserver son extrême colère et ce côté balourd, sauf que se trouve en seconde partie de morceau une sensation lumineuse derrière les murs. Un feeling atmosphérique qui apparaît subrepticement à d’autres moments, voire qui irradie totalement un morceau: « Disillusion », étonnant titre au chant clair planant (quasi Deftonien). Aussi, le groupe brise un peu l’aspect monotone du lent riff écrasant de la première partie de l’album en proposant ensuite plus de variations, comme des accélérations blastées (« Carrion », « Ruin », « Fang »), apportant des nuances bienvenues à un ensemble qui n’aurait été qu’un bloc hermétique sinon…

Les gars de Boise sont donc de retour sur le chantier et s’ils n’ont rien perdu de leurs facultés à un déblaiement lent et écrasant, ils montrent aujourd’hui qu’ils ont un peu affiné leur technique et qu’ils savent aussi accélérer avec la même efficacité. Du travail de pro !

  1. Bad Meat
  2. They Never Spoke
  3. Nothing New
  4. Derelict
  5. From Their Nails
  6. Carrion
  7. Disillusion
  8. Ruin
  9. Fang

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *