Constellatia – The Language Of Limbs

Pas de commentaires      320
Style: post black metal meets dreampopAnnee de sortie: 2019Label: Isolation Records

Duo sud-africain fondé par Gideon Lamprecht et Keenan Oakes, issus de Crow Black Sky et de Wildernessking (ces derniers ayant d’ailleurs malheureusement annoncé la fin de leurs activités), Constellatia est un jeune groupe d’à peine plus d’un an combinant black metal et atmosphères issues du shoegaze comme de très nombreux groupes actuellement.

The Language Of Limbs se compose de quatre titres fleuves et le premier d’entre eux, « All Nights Belong To You », sonne parfaitement dans l’esprit post-black tendance: des guitares cristallines qui irradient de leur beauté mélodique avant que les blasts et la voix arrachée viennent vous rappeler l’appellation « black metal » de leur étiquette. Ce titre d’ouverture demeure assez doux, surtout grâce à l’apport de cette angélique voix féminine (celle d’Alison Rachel de Honeymoan) qui vient répondre aux râles. « In Acclamation » prolonge l’effet de rêverie avec une intro très délicate (évoquant Alcest pour le coup) avant d’accélérer dans une violence contrastée de notes de guitares mélancoliques surplombant le tout. Un titre bien désespéré mais non avare en zones lumineuses.

« Empyrean » va diminuer ces zones lumineuses bien que l’ensemble demeure totalement limpide. On tient ici le titre respirant le plus la tristesse: l’atmosphère et les arpèges façon Alcest (encore) aidant à l’installation de ce climat hivernal. Enfin « The Garden » nous ramène une nouvelle voix féminine (celle de Lucy Kruger cette fois), très pure et apaisante en début de morceau (éthéré dans un esprit dreampop assumé) avant que la facette « extrême » de Constellatia ne se ramène à nouveau, transformant cette beauté en ébouriffante tornade de désespoir.

Suivant les traces d’un Sylvaine et d’un Alcest (oui toujours), ce premier album de Constallatia fait donc se côtoyer atmosphères célestes et black metal tout aussi glacial. Le souci avec cette facette est qu’elle est sonorisée de façon un peu trop raw (d’où le côté un peu brouillon qui sort parfois de ces séquences). En dépit de cette légère faiblesse et, il faut l’avouer, d’un manque de relief général qui fait un peu décrocher sur la longueur, The Language Of Limbs possède pas mal de qualités mélodico-atmosphériques qui ne manqueront pas de convaincre les amateurs en mal d’albums hivernaux.

  1. All Nights Belong To You
  2. In Acclamation
  3. Empyrean
  4. The Garden

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *