Eschaton – Death Obsession

Pas de commentaires      1 963
Style: death metal techniqueAnnee de sortie: 2019Label: Unique Leader Records

Originaire du Massachusetts, Eschaton est un groupe de death technique qui a la particularité d’avoir pour batteur l’un des plus actifs du milieu. En effet, Darren Cesca joue (ou a joué) avec des groupes plutôt réputés comme Deeds Of Flesh, Arsis, Goratory ou encore Hideous Deformity. Le gaillard possède un jeu plutôt ahurissant de technique et ses comparses sont au diapason. Death Obsession est seulement le second album du groupe (ça fait assez peu en quinze ans d’existence) et il se trouve que cet album comprend un réenregistrement de l’intégralité de leur premier EP Wake Of The Ophidian.

Le death metal d’Eschaton est très rapide et dense, les plans de guitare virtuoses se succèdent tandis que le batteur mitraille à tout-va (avec moult variation j’entends). On sent immédiatement une fois l’album lancé que les cinq gars ne sont pas là pour rigoler, en particulier le vocaliste rugissant comme un forcené. Les trois premiers titres (les seuls vrais inédits de cet album) sont massifs, brutaux (mais avec quelques mélodies à la Nile au milieu) et leur assimilation n’est pas des plus aisée tant la rapidité est de mise et que d’innombrables breaks le parsèment (mais on y arrive quand on persévère !).

Les cinq titres suivants (ceux tirés de l’EP donc) montrent comment le groupe a évolué avec le temps. Contenant des plans davantage deathcore (la version brutale du genre, avec quelques moshparts et des pigsqueals – qui ont d’ailleurs disparus dans leurs titres les plus récents), ces titres sont surtout plus mélodiques et accessibles, on pense parfois aux débuts de The Faceless ou d’After The Burial d’ailleurs (sur « Umbra Totalis » notamment). Enfin, en guise de conclusion Eschaton nous gratifie d’un instrumental « Seal Of The Curse » reprenant le thème de Castlevania en mode death technique supersonique, c’est plutôt rigolo et ça devrait faire vibrer la fibre nostalgique aux retro-gamers.

Au final, les amateurs de death technique « traditionnel » trouveront peut-être un peu dommage d’avoir droit aux débuts plus « deathcore » du groupe sur cet album, mais cela permet surtout de voir d’où vient Eschaton et son évolution. Quoi qu’il en soit, ce court album (une grosse demi-heure) remplit son contrat en matière de brutalité grâce à son sympathique mélange de styles de death metal (amateurs de techno death, de deathcore mais aussi de versions plus old school pourraient être conquis).

  1. Born Into Shadows
  2. Tides Of Betrayal
  3. Death Obsession
  4. Exordia
  5. Umbra Totalis
  6. Wake Of The Ophidian
  7. Of Freedom And Deception
  8. Imperial
  9. Seal Of The Curse

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *