White Ward – Love Exchange Failure

Pas de commentaires      2 299
Style: noir jazz/black metalAnnee de sortie: 2019Label: Debemur Morti

Sorti en 2017, Futility Report en avait surpris plus d’un. Comment un groupe pouvait si bien intégrer du jazz dans du black metal avec un équilibre aussi parfait ? Les ukrainiens de White Ward réitèrent donc leur formule personnelle, sans oublier sa pièce maîtresse (son saxo), dans un second album sortant une nouvelle fois chez Debemur Morti, label qu’on ne présente plus, porté sur les électrons libres du metal international (Blut Aus Nord, Archgoat, Dirge…).

A l’image de sa cover, Love Exchange Failure installe une fois de plus une atmosphère de film noir, nocturne et urbain. Tout comme le film, le jazz des ukrainiens est aussi noir, marchant dans les traces d’un Bohren & Der Club Of Gore, allant parfois dans des zones lentes et minimalistes (« Shelter » ou comment maintenir la tension en chuchotant sur fond de piano) tandis que le saxo apporte à chaque intervention un second souffle d’une beauté renversante. Et il s’amène souvent alors que le groupe brise ses douces progressions par un black metal dévastateur.

L’équilibre entre les deux facettes de White Ward est maîtrisé dans ses moindres détails, le groupe jouant sur les textures, entre agressivité pas loin de The Great Old Ones ou d’un Panopticon (au niveau des harmonies), un certain lyrisme renforcé par quelques mélodies particulièrement épiques (l’incroyable « Dead Heart Confession ») et ces breaks jazzy nous plongeant en plein roman policier (ou dans un classique du film noir si vous préférez). La seconde partie de l’album surprend par l’usage du chant clair (sur les trois derniers titres), rafraîchissant les impressions perçues auparavant bien qu’elles demeurent tout de même dans une froideur constante.

Avec une créativité au beau fixe, White Ward poursuit dans son concept unique de jazz noir rencontrant ce black metal aussi acéré que funeste. Certains parleront de musique d’ascenseur mais ceux-là n’auront sûrement pas assez insisté sur les écoutes, car l’immersion se fait avec le temps, au fil des chapitres qu’on ne lâche plus une fois immergé. Intense et captivant, Love Exchange Failure est comparable à une errance un peu hasardeuse dans ville nocturne sous la pluie – d’eau ou de cendres, à vous de voir. Un mélange de désolation et de beauté flamboyante pour l’un des albums les plus marquants de l’année.

  1. Love Exchange Failure
  2. Poisonous Flowers Of Violence
  3. Dead Heart Confession
  4. Shelter
  5. No Cure For Pain
  6. Surfaces And Depths
  7. Uncanny Delusions

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *