Mourir – Animal Bouffe Animal

Pas de commentaires      4 106
Style: black metalAnnee de sortie: 2020Label: Throatruiner RecordsProducteur: Amaury Sauvé

Mourir est une jeune formation toulousaine née sous l’initiative du bassiste de Plebeian Grandstand (initialement un projet solo) qui s’est ensuite fait rejoindre par des membres d’autres groupes locaux tels que Toucan, Drawers ou Selenites. Pour leur premier album, Animal Bouffe Animal repeint la ville rose en nuances beaucoup plus sombres en s’attaquant à un black metal glacial allant presque jusqu’à faire sortir de la buée des enceintes…

Mais point de contemplation du paysage à l’horizon, chez Mourir le blizzard est violent et il attaque très fort dès l’entame de « Sentir le Vide ». Ajouté à cela une animalité ressentie dans les vocaux déshumanisés qui surprennent par leur variété entre grognements et cris désespérés plus perçants, ils se fondent dans l’énorme mur que représente la majorité de leurs compos (à la prod on retrouve une fois de plus l’excellent Amaury Sauvé).

Les premières écoutes sont déroutantes, faisant alterner chez l’auditeur un sentiment de malaise et de fascination devant la brutalité démentielle découlant de cet album au tempo majoritairement dans le rouge. Les quelques moments de répit (comme sur « La Gueule Ouverte » par exemple, interlude instrumental, ou pendant l’intro du morceau-titre nous ramenant pas loin d’un Burzum) ne feront finalement que conserver le climat hostile installé par Mourir.

Techniquement impressionnant, ce premier jet dévoile peu à peu ses subtilités au milieu de ses cascades de blasts misanthropes. Classique dans le fond, moderne dans la forme, une excellente découverte qui s’apprécie aussi en images puisque chacun des titres possède son propre clip (voir ci-dessous), de quoi renforcer l’intérêt de ce jeune groupe déjà en marge de la scène black metal.

  1. Sentir le Vide
  2. Ton univers mental m’épuise
  3. Foutu pour Foutu
  4. La Gueule ouverte
  5. Parole de Hyène
  6. Animal Bouffe Animal

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *