Ruinas – Ikonoklasta

Pas de commentaires      778
Style: death/grind avec un peu de sludge et de crustAnnee de sortie: 2020Label: Spikerot Records

Projet monté par Rober Bustabad, tête pensante de Machetazo (groupe culte de la scène death/grind espagnole), Ruinas est le genre de groupe idéal pour se vider la tête en cette période de confinement. Le gaillard et son acolyte batteur (prénommé Angel) nous proposent en effet un son death/grind typique mais ponctué de séquences touchant au sludge voire au d-beat qui transforment un simple album défouloir bas du front en quelque chose d’un peu plus nuancé qu’il n’en a l’air.

« Trepanacion » semble pourtant mettre les choses au clair dès son ouverture. Entre vitesse d’exécution, lourdeur du son et voix bien grasse qui nous ramène du côté de Brujeria (la langue espagnole aidant), on se laisse embarquer par ces trémolos plutôt mélodiques donc accrocheurs qui s’élèvent du magma. Confirmation instantanée avec le morceau-titre contenant un chorus irrésistible dans la lignée d’un Nasum dernière époque (avec petit solo histoire de finir comme il faut).

Les treize titre d’Ikonoklasta se suivent et ne se ressemblent pas. Si l’urgence et la frénésie demeurent les maîtres-mots, Ruinas sait varier les plaisirs: partant régulièrement dans une optique davantage crust/d-beat (« Fauces de Saturno » ou « Instinto Genozida » au feeling rock n’roll ultra efficace) et s’essayant même au sludge en ralentissant sa rythmique sur « Vomito de Sangre » (titre bien poisseux qui reprendra de la vitesse par la suite), le groupe galicien explore différentes voies pour délivrer une agression sonore radicale seulement calmée « Nueva Peste (De Profundis) » puis par le dernier titre « Ad Vermibus Gloriam », à l’ambiance semblant tout droit sortie d’un film de John Carpenter (influence revendiquée par le duo).

En bref, Ikonoklasta vous aidera certainement à vous passer les nerfs tout en proposant un son autrement plus intéressant que de nombreux autres albums de death/grind (le style pouvant rapidement être rébarbatif) grâce à un songwriting optimal. Une excellente découverte recommandée aux amateurs de pieds dans la gueule et d’écrasement de vertèbres (de manifs quoi).

  1. Trepanacion
  2. Ikonoklasta
  3. Cicion Tarentula
  4. Fauces de Saturno
  5. Supercélula
  6. Instinto Genozida
  7. El Tormento de las Ratas
  8. Ira, Cuchillo y Fuego
  9. Vomito de Sangre
  10. La Conjura de los Insectos
  11. Nueva Peste (De Profundis)
  12. Retrovirus
  13. Ad Vermibus Gloriam

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *