Chronique

Mutoid Man – War Moans

Avant de lire la suite si vous n’avez jamais entendu parler de Mutoid Man, je vous invite à faire un détour par la chronique du premier album, Bleeder, petite merveille sortie en 2015, et dont ce War Moans est donc la suite directe. Pas de grosse surprise globalement, on est clairement dans la continuité du précédent album, et on ne peut que s’en réjouir tant le savoir-faire du groupe semble complètement intact.

Youth Killed It – Modern Bollotics

Youth Killed It est une toute jeune formation originaire de Norwich (UK). Les cinq gaillards n’ont pas chômé puisque seulement quelques mois après leurs débuts (en 2016), les voici qui débarquent avec un contrat (avec Rude Records) et Modern Bollotics, premier album mêlant (indie) rock, punk et même des éléments hip hop, le tout avec un côté divertissant et sans prise de tête venant des lyrics…

Ulver – The Assassination of Julius Caesar

Non, il ne s’agit pas d’un album du groupe de dark folk Rome, malgré ce titre évident et cet artwork à l’avenant. Cet assassinat de Jules Cesar nous est raconté par Ulver, le mythique groupe norvégien fondé en 1993 et qui fut à ses débuts un groupe de black metal folkisant, avant de suivre un parcours totalement improbable. C’est pourquoi aucune sortie d’Ulver ne ressemble quasiment à la précédente. Après un passage par l’ambiant atmosphérique (le très beau Shadows of the Sun), la bande à Garm s’est récemment quelque peu perdue dans des tentatives expérimentales pas toujours très intéressantes. [...]

Cult Cinema – Cosmic Horror II

Venant tout droit de Londres, Cult Cinema avait titillé la curiosité des amateurs de hardcore ouvert en 2011 en sortant Iscariot, un très bon premier EP produit par Magnus Lindberg (Cult Of Luna) et à l’artwork sombre mais ultra classe (signé Sin Eater). Après plus de cinq ans de silence, les anglais ont signé leur retour en novembre 2016 avec Cosmic Horror I, nouvel EP dont la seconde est sortie en avril dernier… en attendant le troisième volet pour terminer la trilogie !

Mind Mold – S/T

Je ne sais pas quelle est la fréquence de signatures de contrats chez Sentient Ruin Laboratories, mais le label californien a récemment mis les bouchées doubles, voire quadruples avec pas moins de quatre sorties en avril/mai depuis celle de Buioingola (que je ne peux m’empêcher de vous re-recommander parce que ça défonce). Si j’ai laissé passer le drone de Common Elder, King Eider (pas vraiment ma came), je pense quand même bientôt parler un peu de Show Of Bedlam (doom) et d’Abkehr (black metal). Un rythme très élevé qui n’altère en rien la qualité des groupes dénichés, souvent avant-gardistes. La preuve [...]

Trachimbrod – Leda

Après cinq ans de silence suite à la sortie de l’excellent A Collection Of Hidden Sketches, Trachimbrod fait enfin son retour. Leda est complètement à la hauteur de son prédécesseur, les suédois nous livrant une suite inspirée mélangeant screamo, post-rock et shoegaze pour un résultat aux renversantes émotions…

God Syndrome – Controverse

Débarquant de Samara en Russie, God Syndrome est un groupe ayant forgé ses armes au son des classiques du metal comme Megadeth ou Sepultura (que le groupe a d’ailleurs repris). Des influences encore aujourd’hui perceptibles mais reléguées bien loin derrière les inspirations des différentes écoles du death metal qui nourrissent le son du quintet.

Alms Of The Giant – Oracles

Originaire de Milan, Alms Of The Giant est un groupe mêlant influences mathcore et tendances plus progressives. Un cocktail intéressant déjà illustré dans un premier EP Meet The Abyss, sorti l’an dernier. Oracles, sa suite, conserve les mêmes attraits visuels (la jolie cover dessinée possédant des couleurs et des traits très proches du premier EP), des similitudes aussi perceptibles au niveau musical ?

Unearthly Trance – Stalking The Ghost

Revenu d’entre les morts sept ans après son suicide, Unearthly Trance a retrouvé les portes de Relapse grandes ouvertes. Le trio newyorkais a profité de cette absence pour explorer les limbes les plus profondes et obscures afin d’en nourrir son sludge/doom (en restant toutefois actif dans d’autres projets pendant ce temps, tels que Serpentine Path ou The Howling Wind), en résulte Stalking The Ghost, résurrection comme si le temps ne s’était pas déroulé ou nouveau visage ?