du Moment

Spidergawd – V

Fondé en 2013, Spidergawd est un groupe plutôt très productif, puisque comme son nom l’indique, V est bien leur 5ème album. Pour ma part je n’avais jamais entendu parler d’eux avant de tomber sur une chronique élogieuse de ce nouvel album sur un zine américain. Il était plus que temps, car la qualité de leur musique mérite vraiment qu’on s’y attarde. Norvégien, le groupe a été fondé par plusieurs figures de la scène locale, comme par exemple Bent Sæther (bassiste qui a quitté le groupe depuis) et Kenneth Kapstad (batteur), tous deux membres de Motorpsycho.

Castor’s Hollow – Shape And Void

Formé en 2011 en Pennsylvanie, Castor’s Hollow a ensuite un peu pris son temps, ne sortant qu’un EP et deux singles avant de passer aux choses sérieuses. Des choses sérieuses qui sont donc ce premier album Shape And Void, rencontre de chaos, de violence et d’émotions à vif. Récupérant le son post-hardcore à forte tendance metalcore du début des années 2000 (avant la grosse vague qui a suivi), le groupe, comptant en ses rangs le batteur des fabuleux Dionaea, signe un premier album très solide.

Health – Vol4 :: Slaves of Fear

4 ans… Il a fallu 4 ans pour que les américains de Health donnent enfin une suite à l’excellent Death Magic. Dans l’intervalle on a eu droit à plusieurs albums de remixes pas toujours très intéressants. Je n’avais même pas suivi leur actualité récente, et n’étais donc même pas au courant de l’arrivée imminente d’un nouvel album, et le 8 février il était là. Tout frais tout beau.

Ribozyme – Argute

Ribozyme : Molécule d’ARN capable d’assembler des morceaux d’ARN selon les processus habituels aux enzymes (source : Wikipedia). On est bien avancé non ? Je me sentais obligé de chercher la définition de ce mot étrange (même si je n’ai évidemment rien compris) choisi en guise de patronyme par ce groupe norvégien sur lequel je n’étais encore bizarrement jamais tombé. Et pourtant! Argute est leur 7ème album… Le groupe existe depuis 1998, et on y retrouve l’ancien batteur des excellents Major Parkinson.

A.A. Williams – S/T

Apparue mystérieusement il y a quelques mois au sein de l’écurie Holy Roar Records, A.A. Williams sort enfin un véritable EP, l’occasion de se pencher un peu plus franchement sur la mélancolie délivrée par cette jeune femme. Ces quatre titres majoritairement acoustiques (avec principalement du piano et une guitare sèche) sont agrémentés d’arrangements enrobant idéalement chaque compo prenant alors une puissante dimension atmosphérique.

Morild – Så kom mørket…

Si vous aimez les records, voici certainement celui du plus long titre d’album de 2019 ! En effet, Så kom mørket og tog mig på ordet En sort sky af minder I afgørende stunder Frosset fast til mit indre Jeg håber det forsvinder med lyset At dø eller blive fri est le genre d’albums à faire criser les téléchargeurs qui aiment écrire le nom complet des albums sur leurs dossiers. Cet album est donc le premier de Morild, mystérieux quintet danois qui a donc découpé son titre d’album pour en faire six morceaux. Ah oui, et si vous n’aviez [...]

Bring Me the Horizon – Amo

Peut-être l’album qui fera couler le plus d’encre numérique en ce début d’année 2019, ce nouvel album des anglais de Bring Me the Horizon va (fort logiquement) diviser. Le groupe s’y éloigne en effet encore plus drastiquement de ses racines metalcore pour proposer quelque chose de radicalement différent. Vraiment radicalement différent…

The Intersphere – The Grand Delusion

De l’intérêt de ne pas se précipiter à balancer son top annuel, on ne le dira jamais assez… Ou comment une découverte tardive peut une nouvelle fois venir chambouler les certitudes. En l’occurence si la découverte de cet album est tardive c’est d’abord et tout simplement parce que ledit album est sorti en toute fin d’année. Parfois on a de bonnes excuses… The Intersphere, ça ne s’entend pas du tout, sont allemands et n’en sont pas à leur coup d’essai puisque The Grand Delusion est leur 5ème album. Après quelques recherches il m’est apparu que j’étais déjà tombé sur [...]

Turnstile – Time & Space

Encore un oublié de choix, et une réparation tardive… Tardive mais nécessaire tant cet album s’avère au final, après quelques écoutes bien trop rapides au moment de sa sortie, comme un indispensable et une petite bombinette de hardcore new school qui devrait finir en bonne place dans mon Top 2018 (quand celui-ci paraîtra c’est-à-dire… à un moment probablement en 2019, hum…).

Fluisteraars/Turia – De Oord

Voici un split contenant deux des formations bataves les plus excitantes du moment en matière de black metal. Si Fluisteraars a déjà commencé à faire son trou grâce à l’excellent album Luwte (2015), Turia est un trio un peu moins exposé même s’il compte déjà deux albums à son actif. Les deux groupes compatriotes se sont donc réunis le temps d’un split album à la thématique tournant autour de l’histoire et de la nature du Gelderland, leur province des Pays-Bas, notamment à propos des fleuves qui s’y rencontrent (De Oord signifiant « confluence »): le Rhin et le Waal.