du Moment

Triptykon – Melana Chasmata

Celtic Frost avait signé le comeback le plus percutant de la scène Metal en sortant Monotheist en 2006. Autrefois moqué et pourtant extrêmement influent au sein de l’underground, Tom G. Warrior réussissait à gagner le respect définitif des critiques et du public. Mais tout allait sûrement trop bien pour ce personnage torturé de réputation. Il fit donc voler le groupe en éclats à peine les premiers lauriers récoltés.

Morbus Chron – Sweven

Honnêtement, je ne me souviens pas avoir pris une telle claque depuis plusieurs années… C’est d’ailleurs un peu emmerdant car me voilà complètement accro à ce disque et quasiment incapable d’écouter autre chose depuis que j’ai posé les oreilles sur ce nouvel album de Morbus Chron, tout me paraissant assez fade et sans intérêt en comparaison… Et pourtant, rien ne laissait présager un tel coup de coeur. En effet, le premier album des suédois, Sleepers in the Rift n’était à mon avis qu’un gentil petit album de death metal dans la veine du revival old school qu’on a vu [...]

Dephosphorus – Ravenous Solemnity

Qu’est-ce qu’il faut que je fasse de plus pour faire comprendre à tout le monde que Dephosphorus est un groupe génial, essentiel ? Franchement je commence à manquer sérieusement d’idées. Les grecs eux n’en manquent pas, et voilà donc que sort un nouvel album en ce début d’année. Et sans surprise c’est encore une petite bombe que l’on doit à ce trio organisé autour du noyau dur de Thanos (qui écrit et joue l’essentiel de la musique, à part la batterie) et Panos (qui écrit -presque toutes- les paroles et s’époumone dans le crachoir).

Kampfar – Djevelmakt

Je ne me suis jamais vraiment penché sérieusement sur Kampfar, au-delà d’une écoute distraite de quelques titres à un moment où je m’intéressais au black viking. Mais la donne est différente avec ce nouvel album qui m’a littéralement captivé dès la première écoute. Djevelmakt sort l’année du 20ème anniversaire du groupe norvégien dont on ne peut qu’admirer la ténacité et l’engagement au service d’une musique sincère, sur laquelle le compromis n’a jamais eu droit de cité.

Rannoch – Between two worlds

Ah je vous avais prévenu, si vous avez lu mon bilan de l’année 2013, vous ne devriez pas être surpris de retrouver cet album ici chroniqué. Au bout de 2, 3 tours de mange disque mon instinct a fait son office mais le temps a manqué. Il aura fallu maintes et maintes écoutes pour que le potentiel (énorme) de Between two worlds prenne toute sa dimension. Il est donc temps de commencer la session de rattrapage 2013 (il y en aura immanquablement d’autres, soyons modestes) avec ce qui, probablement, s’apparente de plus en plus comme ma meilleure découverte metal [...]

Impure Wilhelmina – Black Honey

Quelle délicieuse surprise alors qu’on les croyait enterrés, d’apprendre le retour des suisses d’Impure Wilhelmina 6 ans après l’excellent Prayers & Arsons, et avec un nouvel album en plus! Il semble que l’accouchement de Black Honey ait pris du temps, puisque l’album devait apparemment initialement sortir quasiment un an plus tôt.

Bilan musical de l’année 2013

Ne croyez pas que la venue tardive de ce bilan annuel soit due à une quelconque paresse (quoique certains d’entre nous soient parfois effectivement sujets à ce terrible mal, de façon épisodique -ou moins), mais nous avons souhaité prendre le temps nécessaire pour pouvoir méditer en conscience, nous forger chacun notre avis sur l’année écoulée et essayer de vous concocter un petit dossier sympa. Le temps passe mais les musiques que nous traitons nous passionnent toujours autant et n’altèrent pas notre motivation (parfois fluctuante il est vrai, au gré des « vraies » occupations d’adultes que nous avons tous par ailleurs, entre vie professionnelle trépidante -ou [...]

Danny Brown – Old

Explosant actuellement auprès du grand public au milieu des sales gosses que sont Earl Sweatshirt, Tyler The Creator, Joey Badass ou encore ASAP Rocky, Danny Brown n’est pourtant pas vraiment de la même génération que ces derniers. Après XXX, excellente mixtape sortie en 2011 et laissée en libre-téléchargement, revoilà le gaillard de Detroit qui, du haut de ses 32 ans, offre un nouvel album aux instrus variées, marqué par ses histoires pas banales, majoritairement sur fond de dope.

Ovid’s Withering – Scryers of the Ibis

J’aime bien ça… J’aime bien quand un groupe dont je n’ai jamais entendu parler vient foutre le bordel en fin d’année dans les certitudes qu’on aime se forger concernant l’inévitable « liste de fin d’année » et la non moins inévitable question qui nous obsède tous entre la bûche et les cotillons : « quels seront donc les albums qu’on retiendra comme marquants pour l’année qui s’achève ? ». En l’occurence s’agissant de 2013 Ovid’s Withering réussit quasiment le hold-up parfait.

Cult of Fire – मृत्यु का तापसी अनुध्यान

Derrière ce patronyme un peu clichesque (mais apparemment personne n’en avait eu l’idée encore) se cache pourtant un combo tchèque qui risque d’en impressionner plus d’un. Déjà auteur d’un EP et surtout d’un très bon premier full length sorti en 2012 sous le titre de Triumvirát, le trio livre déjà son deuxième album intitulé… euh… मृत्यु का तापसी अनुध्यान soit « Ascetic Meditation of Death » en sanskrit.