Chronique

UDDU – Hellcats

Avec sa cover digne d’un film de super-héros (ou plutôt de super-vilains), UDDU semble apprécier l’univers des comics et met en musique tout ça sur fond de punk’n roll à l’énergie communicative ! Originaire de Montpellier et comprenant en ses rangs des membres de Destroy Buster, Dust In Vegas ou encore Harris Matrix, UDDU livre ici onze titres sans prise de tête fleurant bon les concerts explosifs !

Scalper – Cuts

Autrefois connu sous le pseudo MC Nad (ou Nad tout court) dans le groupe de hip hop/world britannique Fun-Da-Mental, Scalper a décidé de poursuivre l’aventure en solo sous ce patronyme, réalisant trois EPs. Il décide en 2007 de s’expatrier en Nouvelle-Zélande où il devient musicalement plus actif, réalisant trois albums: Flesh & Bones (2010), Butchers Bakers (2012) et The Emperor’s Clothes (2015), passés inaperçu chez nous. Cuts est donc une sélection de titres tirés de ces trois albums, nous introduisant à l’univers hip hop sombre du gaillard.

Testament – Brotherhood of the snake

Depuis que le monde du metal connait un revival du style thrash, nombreux sont les groupes à continuer de le maintenir à un niveau plus qu’honorable. J’ai un temps cru que les Grecs de Suicidal Angels pouvaient devenir un fer de lance en la matière. Leur récent Division of blood ne leur a pas permis de creuser l’écart. Tant pis pour les « jeunes ».

Jupiter Hollow – Odyssey

Formé au Canada en 2015, Jupiter Hollow est un duo composé de Kenny Parry (chant, batterie, synthés) et de Grant MacKenzie (guitare, basse, synthés) adepte d’un rock/metal progressif aérien. Le groupe sort enfin Odyssey, son premier EP après l’avoir peu à peu dévoilé (notamment sous forme de clips), un premier EP prometteur et qui devrait réjouir les amateurs de mélodies comme ceux de technique instrumentale.

Sycomore – Phantom Wax

La séparation d’Anorak aura été l’une des déceptions de l’année 2015, le groupe amiénois ayant signé des albums (ainsi que des concerts) excellents sans jamais avoir la reconnaissance qu’il mérite. Formé à la fin de la même année et comprenant deux de leurs membres (et un bassiste venant de Taman Shud), Sycomore aurait pu s’attaquer à un style similaire ou proche d’Anorak, or c’est vers quelque chose de plus groovy et massif que s’orientent ces arbres-là…

Corbeaux – Kind Words

Parés de leur plumage noir, les volatiles bretons sont de retour, deux ans après le très bon Hit The Head que j’avais chroniqué à l’époque. Kind Words poursuit son chemin mais parvient à se renouveler en intégrant davantage d’éléments noise, math-rock et (surtout) du chant à leur post-rock. Une évolution renouvelant par la même occasion l’identité sonore de Corbeaux.

Halshug – Sort Sind

Pour leur second album, les danois Halshug ont particulièrement soigné leur artwork. Rien à dire, entre la BMW, les dégaines de petites frappes de banlieue de Copenhague (rappelant pas mal la trilogie Pusher) et un somptueux feu d’artifice maison, pas de doute, le trio a signé la cover de l’année 2016 ! Si l’on se fie à cette cover, Halshug ferait donc du hip hop ? Raté, c’est plutôt du côté du hardcore punk à tendance d-beat/crust qu’il officie, en même temps avec Southern Lord comme label, c’était sûr qu’il y aurait un peu de riff gras à se [...]

Kratornas – Devoured By Damnation

Originaire des Philippines et exilé au Canada, Kratornas n’est pas un nouveau venu puisque le projet est actif depuis 1995 (et même depuis 1991 sous le nom Zamora, nom de sa tête pensante renommée Zachariah). Zachariah était donc jusqu’alors seul aux commandes du vaisseau Kratornas avant d’être rejoint cette année par un batteur nommé GB Guzzarin. Voilà pour les présentations, passons maintenant au contenu. Que ce soit par son titre ou sa cover, pas de mystère, Kratornas est en plein dans le metal extrême bien bas du ciboulot, contenant notamment du black metal, du thrash et du grindcore.

Dischordia – Thanatopsis

Originaire d’Oklahoma City, Dischordia est un trio de death metal progressif et technique actif depuis 2010 et ayant sorti deux EPs et un album (Project 19 – 2013) avant ce Thanatopsis. Découvrant le groupe avec ce dernier, je ne m’attendais pas à recevoir en pleine face une telle tornade, puissante, complexe, chaotique mais aussi mélodique et très ouverte.

Khonsu – The Xun Protectorate

Khonsu, c’est l’entité de S. Gronbech, qui n’est autre que le frère d’Obsidian Claw, leader de Keep of Kalessin. Le norvégien qui a déjà sorti le très bon Anomalia, il y a plus de 4 ans, sur lequel il était épaulé par Thebon (alors chanteur de Keep of Kalessin) revient avec un Xun Protectorate sur lequel il conserve le côté futuriste mais accentue le côté extrême et les accointances avec le black pour aboutir à une sorte de post black futuriste particulièrement bien fait et encore plus ambitieux (à l’image de la pochette de l’album, assez époustouflante au demeurant).