Chronique

Unru – Als Tier Ist Der Mensch Nichts

Qui a dit qu’un album de black metal devait obligatoirement avoir sa cover pleine de squelettes avec un logo illisible sur fond de forêt ? Sans logo et hors de tout cliché, celle du dernier Unru pourrait être digne d’un projet d’arts plastiques de collégiens sur le thème du corps humain, mais en la regardant d’un peu plus près, celle-ci se révèle plutôt dérangeante, et au vu du son produit par les allemands, on peut dire qu’elle colle plutôt bien (comme la Uhu ayant servi à sa réalisation).

Phazm – Scornful of Icons

Hell yeah! 2016 marque le retour discographique de Pierrick Valence (sans sa crinière) et de sa sombre entité Phazm, ressuscitée après un hiatus de 8 années, le dernier album Cornerstone of the Macabre étant sorti en 2008. Pour l’accompagner dans ce retour, on retrouve Gorgor à la batterie (celui-ci étant aussi responsable de la production impeccable de l’album), Joss Dréau (General Bizzare) à la seconde guitare et Fabien W. Further (Wheelfall, Chaos Echoes) à la basse. Le tout étant mis en image par Metastazis dont on reconnaît immédiatement le style au premier coup d’œil sur la pochette.

The Gorge – Thousand Year Fire

Originaire de St. Louis, Missouri, The Gorge n’est pas un nouveau venu dans le monde merveilleux du metal hardcore, le quartet ayant en effet sorti auparavant un album en 2011 (Prehistoric Relapse) et un EP éponyme en 2013. Mais attention en lisant « metal hardcore », le groupe se range plutôt du côté des adeptes de géométrie et de cosinus.

The Temperance Movement – White bear

N’étant pas vraiment tombé de ma chaise à l’époque de la sortie de leur premier album (The temperance movement, 2013, qui avait quand même secoué quelques valseuses dans les milieux avertis du rock), je n’étais franchement pas dans les starting blocks pour l’accueil de ce White bear. Mais j’ai trouvé la pochette très sympa, j’avais un peu de temps et, approchant la quarantaine, je me suis dit qu’il fallait de temps en temps se dégourdir les mollets au rythme du blues rock.

Blood Youth – Closure

Même pas un an après Inside My Head, premier EP oscillant entre le sympa et le trop prévisible, les anglais de Blood Youth reviennent avec quatre nouveaux titres dans ce Closure, un EP ayant une cover quasiment identique à son prédécesseur, un mauvais signe concernant aussi son contenu ?

Altarage – Nihl

Coucou les revoilou ! Après avoir signé en 2015 un deux-titres fort alléchant pour qui apprécie l’extrémisme musical, Altarage, mystérieuse formation espagnole revient avec un premier album qui ne devrait pas trop dépayser leurs aficionados (là vous êtes censés rire parce qu’ils sont espagnols). Bref, c’est de nouveau un véritable mur de violence que l’on se prend en plein visage !
Nihl prend le même parti que les deux titres parus l’an dernier (deux titres que l’on retrouve d’ailleurs sur cet album), pondre un death metal étrange et personnel, enrobé d’une atmosphère claustrophobique grâce à cet amas d’effets et [...]

Painted Wives – Obsessed With The End

Derrière ce patronyme étrange (où ont-ils été cherché ça?) se cache (bien) le premier album de ce groupe californien que nous découvrons ici bien tardivement. En effet cet album est en fait sorti en 2014 en indépendant (disponible chez CDBaby) mais va bénéficier d’une très méritée réexposition, puisque le groupe vient de signer chez Century Media et qu’Obsessed with the End va ressortir dans une version remasterisée le 29 avril prochain.

Arms Of Ra – Cure

Après de très bons débuts (une démo éponyme et un EP, Unnamed), les parisiens d’Arms Of Ra ont pris une pause de quasiment quatre ans, la faute notamment à l’exil de l’autre côté de la Manche de son chanteur (qu’on connait bien par ici puisqu’il s’agit de Mathieu aka Hororo, ancien chroniqueur chez nous, officiant d’ailleurs aussi chez Nekkral). Un silence peut-être salutaire pour un retour des plus fracassants !

Rotting Christ – Rituals

Tribal, sombre, occulte, ce nouvel effort des grecs de Rotting Christ est tout ça à la fois. Sans changer leur formule gagnante (leur style restant reconnaissable immédiatement), ils la poussent encore plus loin signant ce Rituals sous le signe de l’atmosphère et des ambiances sombres.

Vipassi – Sunyata

Dernière ce nom de groupe et d’album se rapportant au bouddhisme, un side projet de musiciens australiens de la scène metal de Melbourne. D’un coté un guitariste également principal compositeur, membre du groupe de death technique Hadal Maw et 3 membres du groupe Ne Obliviscaris, la session rythmique et un guitariste.
Hadal Maw et Ne Obliviscaris officient dans un style plus brut de fonderie que ce side projet instrumental qui ne sonne comme aucun des deux. La musique de Vipassi garde une formule death metal -sans les growls- sur le papier mais est paradoxalement tellement subtile qu’on peut plutôt [...]