Chronique

Caïna – Setter Of The Unseen Snares

Déjà un sixième (véritable) album pour Caïna, projet solo de l’anglais Andrew Curtis-Brignell qui ne compte plus les splits et EPs. Une multiplication des sorties qui a vu cet insatiable touche-à-tout partir vers des contrées de plus en plus radicales au fil des sorties. Parti d’un post-rock « à sa manière » (Temporary Antennae, 2008) puis passant par différentes expérimentations, notre gaillard a évolué vers une agressivité d’un black metal plus roots et direct.

Unfathomable Ruination – Idiosyncratic Chaos

Que vous soyez fans de brutal death metal à tendance technique ou que vous lisiez les news de n’importe quel webzine musical, le nom d’Unfathomable Ruination doit sûrement vous dire quelque chose. Pour la première catégorie, il s’agit de ce groupe londonien auteur du très bon Mishapen Congenital Entropy sorti en 2012, et pour les seconds, il s’agit de ce groupe auteur l’été dernier d’un happening un poil dérangé, le groupe s’étant enfermé dans une boite au milieu d’une rue de Londres afin de jouer jusqu’à ce que l’oxygène ne leur manque (récit, images et vidéo ici). Et s’il [...]

Pneu – Destination Qualité

Amateurs de rock plein d’équerres, de cosinus et autres parallélépipèdes rectangles (de math rock quoi), réjouissez-vous car l’un des groupes français les plus frappés de la scène est de retour. Avec son nom permettant un max de jeux de mots (désolé d’avance car vous allez certainement en lire quelques uns, ce serait dommage de s’en priver), Pneu livre un troisième album qui lui ressemble, barré et imprévisible.

NYC Headhunters – Demo 2015

Comprenant des membres de Vanity et de Brain Slug, NYC Headhunters est un tout nouveau groupe originaire de New York. Et qui dit sortie chez Straight&Alert dit forcément hardcore, et qui dit New York dit donc forcément NYHC.

Viva Belgrado – Flores, Carne

Comme d’habitude début janvier, on se lance dans la confection de top albums de l’année venant de s’écouler. Comme d’habitude début janvier chez Eklektik, on est à la bourre pour rendre nos bilans (mais ne vous inquiétez pas, ça va arriver !). Et surtout, comme d’habitude début janvier, on dégotte des perles de l’année venant de s’écouler mais il est trop tard pour l’intégrer à notre top. Flores, Carne fait partie de ces perles découvertes un poil trop tard.

The Divorcée – Heartfucker

Faisant suite à une démo sortie en 2013, Heartfucker est donc le premier EP du groupe anglais The Divorcée. Les cinq britons produisent une mixture de mathcore à tendance chaotico-spazzcore, c’est-à-dire un truc bruyant et braillard sans queue ni tête pour le profane, qu’ils mêlent à un feeling noisy pas dégueu du tout.

Mudbath – Corrado Zeller

Formé en Avignon en 2011, Mudbath s’est fait connaitre l’année suivante en sortant une démo (Red Desert Orgy) et en faisant pas mal de premières parties de concerts, joutant notamment avec les montpelliérains Verdun, avec qui ils partagent le goût du riff poisseux et de l’extrême lourdeur, à plusieurs reprises. 2015 voit donc le groupe revenir armé d’une nouvelle offrande de sludge/doom made in Southern France.

Xerxes – Collision Blonde

Plutôt discret dans le paysage hardcore ricain, Xerxes sort pourtant des albums (ou EPs/singles) à un rythme régulier (au moins un par an) depuis ses débuts en 2010. Sorti en octobre 2014 chez No Sleep Records, Collision Blonde, le second long format du groupe (après Our Home Is A Deathbed, 2012), confirme l’attrait du combo de Louisville, Kentucky, pour les sonorités post-punk.

6:33 – Deadly Scenes

Je l’admets, je ne m’étais pas franchement passionné pour les travaux de 6:33 jusqu’à présent, y compris alors que le groupe était associé à l’illustre Arno Ströbl pour ses deux précédentes sorties, Ströbl pour qui j’ai pourtant une sincère admiration (l’effet Carnival in Coal quoi). Il faut également reconnaître que le registre “circus” metal n’est plus franchement ma tasse de thé aujourd’hui. Oui mais voilà ce nouvel album des français mérite franchement quelques mots car il est vraiment très très bon.