Chronique

Between the Buried and Me – Coma Ecliptic

Je fais partie de ceux qui apprécient Between the Buried and Me depuis leurs débuts et qui approuvent totalement leur évolution. En fait, le groupe a surtout commencé à m’impressionner avec Alaska, qui était déjà leur 3ème album et est sorti il y a 10 ans maintenant. Les 3/5eme des membres du groupe avaient changé pour cet album, BTBAM incorporait dans ses rangs le guitariste et le batteur de Glass Casket, un autre groupe de math/deathcore américain, mais prenait au passage une tournure plus progressive, qui n’a cessé de gagner en ampleur depuis.
Coma Ecliptic est leur 7ème album, [...]

Arcturus – Arcturian

On pourrait gloser pendant des plombes sur la production décevante (ou le mix tout plat au choix) de ce nouvel album d’Arcturus. Sauf que d’une part on est trop content d’avoir un nouvel album à se mettre enfin dans les oreilles, et d’autre part on se rend compte que la production s’inscrit finalement dans la droite ligne de celle des précédents albums. Et c’est d’ailleurs certainement à cause de ce son si particulier qu’on reconnaît la patte et le style Arcturus, et ce dès les premières secondes de « The Arcturian Sign ».

Years Of Abuse – The Social Order

Originaire d’Australie, Years Of Abuse est l’une des signatures les plus récentes de Holy Roar Records, label anglais parmi les plus intéressants en matière de hardcore (et assimilés), fief entre autres de Rolo Tomassi, Employed To Serve ou encore de feu-Pariso.

Ceremony – The L-Shaped Man

Ceremony est un groupe qui a de la bouteille, ayant franchi le cap des dix ans d’existence l’an dernier. Auteur à ses débuts de monuments de punk-hardcore tendance quasi powerviolence (le fabuleux Violence Violence), le groupe californien va peu à peu s’assagir et faire disparaitre toute trace de ses origines hardcore. Ce qui est plus que jamais le cas sur The L-Shaped Man, second album sorti chez Matador, sonnant tel un hommage au post-punk premier du nom.

Chon – Grow

Même si il y eut des exemples de rock instrumental dès les 60s, il semble que le rock se libère de plus en plus du format chanson et prenne ses aises avec le mode instrumental depuis quelques années, en fait depuis l’avènement du post-rock et sa forme plus complexe, le math rock, où la musicalité de l’instrumentation est assez riche pour ne plus avoir à servir d’écrin à une voix.
Chon s’inscrit ainsi sur la voix musicale tracée par un Don Caballero ou Tortoise, tout en ayant depuis leurs débuts plutôt été écoutés par une base de fan portés [...]

Mutoid Man – Bleeder

Après l’apéritif de 17 minutes (Helium Head) balancé l’an passé, Mutoid Man revient cette année pour enfoncer le clou d’une collaboration qui a tout de la réussite éclatante, avec un vrai album (ou presque, 30 minutes à peine au compteur) à la pochette toujours aussi cartoonesque et colorée. L’urgence est toujours au rendez-vous du menu concocté par Stephen Brodsky (la voix et la guitare des excellents Cave In) et son compère Ben Koller (le batteur de Converge), complétés du moins connu bassiste Nick Cageao.

Abaton & Viscera/// – Diade(ms)

Voilà un petit moment que je reçois les productions de Sentient Ruin Laboratories, jeune label américain qui déniche des perles un peu partout, mais attention ce sont des perles qui ont roulé dans des endroits bien cracras ! Cette fois, le label (et une foultitude d’autres) a jeté son dévolu sur deux groupes italiens pas si inconnus que ça (pour qui s’intéresse un peu à cette scène), Abaton et Viscera///, pour un (trop) court split intitulé Diade(ms).

The Story So Far – S/T

Un an après leur EP acoustique, The Story So Far a enfin retrouvé ses amplis, sa batterie ainsi que l’inspiration ! Il y a en effet un sacré palier entre les compos acoustiques et les dix nouvelles compos issues de ce nouvel album éponyme.

Blanck Mass – Dumb Flesh

Blanck Mass, c’est la moitié de Fuck Buttons. Pour ceux qui n’ont rien compris à cette phrase, précisons : aux manettes derrière ce Blanck Mass, on retrouve Benjamin John Power, qui est un des deux leaders (avec Andrew Hung) des anglais de Fuck Buttons, dont, comme moi, vous ne connaissez peut-être pas grand chose.

10 years – From Birth to Burial

Le néo métal existe-t-il encore en 2015? On serait tenté de penser qu’il se cache bien en tout cas, tant il semble relégué aux arrières-plan et tant on entend parler finalement de très peu de groupes du genre, qui sont d’ailleurs plutôt des survivants, entre KoRn, Papa Roach, Limp Bizkit une fois tous les 5 ans… Evidemment Deftones est à part, ayant largement réussi depuis longtemps à s’extirper du carcan néo-métal pour devenir simplement un des meilleurs groupes de rock du monde. Mais où est la relève de ce genre moribond ?