Chronique

Xerxes – Collision Blonde

Plutôt discret dans le paysage hardcore ricain, Xerxes sort pourtant des albums (ou EPs/singles) à un rythme régulier (au moins un par an) depuis ses débuts en 2010. Sorti en octobre 2014 chez No Sleep Records, Collision Blonde, le second long format du groupe (après Our Home Is A Deathbed, 2012), confirme l’attrait du combo de Louisville, Kentucky, pour les sonorités post-punk.

6:33 – Deadly Scenes

Je l’admets, je ne m’étais pas franchement passionné pour les travaux de 6:33 jusqu’à présent, y compris alors que le groupe était associé à l’illustre Arno Ströbl pour ses deux précédentes sorties, Ströbl pour qui j’ai pourtant une sincère admiration (l’effet Carnival in Coal quoi). Il faut également reconnaître que le registre “circus” metal n’est plus franchement ma tasse de thé aujourd’hui. Oui mais voilà ce nouvel album des français mérite franchement quelques mots car il est vraiment très très bon.

Save Us From The Archon – Thereafter

Quartet originaire de Pennsylvanie, Save Us From The Archon est un groupe de rock instrumental du genre plutôt décoiffant. Pour son premier passage au long format, le groupe éblouit en mélangeant une époustouflante technicité à un jeu sur les atmosphères unique. Du barré certes, mais qui se suit sans problème.

Hornwood Fell – S/T

Trio italien aux membres impliqués dans divers groupes plutôt obscurs, Hornwood Fell joue un black metal dans la grande tradition du genre. De ses rythmiques ultra rapides binaires à son continuel souffle froid et hostile, le groupe ne cherche pas à innover (ça cite autant Darkthrone que le Nattens Madrigal d’Ulver, ce qui n’est pas galvaudé) mais parvient à installer un climat délétère dès son introduction.

Taken – Carry Us Until There Is Nothing Left

Dix ans après son split, Taken voit sa discographie (Finding Solace In Dissension, And They Slept et Between Two Unseens) rééditée en double album (ou double LP), de quoi faire rattraper son retard à tous ceux qui ne connaissent pas cet incontournable de la scène emo/screamo californienne du début des années 2000.

Wolves Scream – Hurricane

Jeune formation belge originaire de Namur, Wolves Scream livre avec Hurricane son second EP. D’après les avis retrouvés sur le net, le groupe sonnait sur Write Between The Lines (le premier EP donc) un brin cliché, un peu trop proche de Bring Me The Horizon et autres groupes à mèches. De quoi faire grincer des dents, mais trois ans après la donne à quelque peu changé.

The Treatment – Running with the dogs

On a de ces pudeurs parfois. J’ai abordé ce deuxième album des Anglais avec une timidité proportionnelle à l’espoir que je refusais de mettre dans ce nouveau groupe en 2011 lorsque débarquait This might hurt. Je ne souhaitais pas me retrouver face à la même détresse que j’avais connue lorsque leurs compatriotes de Roadstar avaient quitté la scène en 2007. Trop douloureux de tomber sous le charme d’une bande de rockers doués dont la carrière n’aura pas dépassé 2 brûlots. Il fallait donc presque souhaiter que The Treatment, qui reprenaient en quelque sorte le flambeau, soit « explode en stage » [...]

My Iron Lung – Relief

Si avec un tel nom de groupe, vous vous attendiez à un groupe de reprises de Radiohead, vous risquez d’être surpris (dans le bon sens du terme ?). My Iron Lung est en effet un groupe de hardcore mélodique originaire de San Diego et semblant surfer sur la vague de groupes du genre tels que Touché Amoré, Defeater et autres Caravels. Mais ne vous arrêtez pas à ces comparaisons, ce jeune groupe ne fait pas office de copie carbone et Relief est beaucoup plus intéressant qu’il n’y parait !

Blut Aus Nord – Memoria Vetusta III : Saturnian Poetry

Rares sont les sujets à propos desquels l’émission de Frédéric Taddéi, Ce soir ou jamais, parvient à proposer autre chose que la cacophonie. Bien que nous puissions légitimement douter qu’un jour le service public soit prêt à accueillir sur ses antennes ce type de questions, qu’il me soit permis ici de prévenir l’animateur : les débats auxquels participeraient des fans de Blut Aus Nord pour discuter de la carrière du groupe ne seraient pas les plus reposants. Il aurait face à lui des opinions fort disparates qu’il serait difficile de synthétiser.

Corbeaux – Hit The Head

Après Terrain Blanc, premier album sorti en 2011, les Corbeaux de Quimper reprennent les affaires armés d’un Hit The Head aux atours sacrément alléchants: un superbe artwork signé Romain Barbot (I Pilot Daemon, Saaad), un enregistrement par l’inénarrable Amaury Sauvé (As We Draw et compagnie) et enfin un mastering made in Sweden par Magnus Lindberg (Cult Of Luna). Bref, ça fait un sacré paquet d’arguments donnant envie de se pencher sur ce nouvel album !