Styles

The Grand Astoria

On a tous en tête des exemples d’injustice quand il s’agit d’évoquer l’indifférence générale vis à vis de groupes qui auraient tout pour exploser. Si l’on pouvait à une époque blâmer les labels qui faisaient mal leur boulot de défrichage de talents ou de promotion, aujourd’hui n’importe quel groupe, débutant ou non, a les moyens techniques pour diffuser sa musique autour du monde (là où il y a une connexion internet en tout cas). Le revers de la médaille c’est que comme tout le monde le fait, les plus talentueux sont noyés dans la masse. C’est le cas des [...]

Chunk! No Captain Chunk – Get Lost, Find Yourself

Chunk! No Captain Chunk est l’un de nos fleurons hexagonaux en matière d’easycore. Easycore kezako ? Juste le mélange un peu improbable de pop-punk gentillette et de gros metalcore (souvent deathcore même), une mixture surtout popularisée par A Day To Remember et d’autres groupes dans leur sillage, prônant fun, gros riffs et mélodies acidulées.

Hundreds – Aftermath

Quel bijou d’album que voilà… Sorti sur un obscur label, cet album est copieusement et injustement passé inaperçu l’année de sa sortie et me voilà donc en mission pour réhabiliter et tenter de remettre sous le feu de nos modestes projecteurs, cet album qui fait désormais partie de mes albums de l’année 2014 et qui aurait du figurer dans mon bilan de l’année passée. Découvert en 2014, l’année de sa sortie, cet album a pourtant mis du temps à me conquérir complètement, et les allers-retours dans les écouteurs se sont étalés sur de nombreux mois, pour déborder largement sur [...]

Vessels – Dilate

Transformer son post-rock en electro, c’est semble t-il la tendance actuelle pour les groupes du genre. Après 65daysofstatic (ok ça faisait un moment) et Mogwai, c’est donc au tour de Vessels de partir dans des contrées complètement synthétiques sur son troisième album Dilate.

Blood Youth – Inside My Head

Premier EP pour Blood Youth, jeune formation britannique établie à Lincoln et montée suite à la fin de Climates, Inside My Head propose cinq compos d’un hardcore punk nerveux mais mélodique, un peu de fraicheur pour les oreilles en ces temps de canicule ?

Rebuker – New Leaf

Deux ans après, la fin de The Chariot vous est restée en travers de la gorge ? Vous vous languissez d’une éventuelle reformation en matraquant votre touche F5 sur la page facebook du groupe ? Allez, respirez un bon coup, séchez vos larmes et écoutez donc le dernier Rebuker !

Refused – Freedom

Après le retour discographique de Faith No More, voilà donc que ce sont les suédois de Refused qui viennent nous faire le coup du come-back auquel on ne croyait plus, 17 ans après la sortie du mythique et exceptionnel The Shape of Punk to Come. Si le retour de Faith No More n’aura pas convaincu à 100%, tout en étant tout de même satisfaisant, allait-il en être de même pour Refused?

Membrane – Reflect Your Pain

En quinze années d’existence, Membrane a su imposer son nom au sein de la scène noise/post/hardcore tricolore, or le trio originaire de Vesoul a connu ces dernières années quelques tracas de line-up qui se sont soldés par des changement à la basse et à la batterie. Des modifications perceptibles au niveau du son de leur dernier album en date Reflect Your Pain.

Emery – You Were Never Alone

Onze ans après The Weak’s End, premier album sorti chez Tooth & Nail (MeWithoutYou, Norma Jean, Underoath…), Emery sort son sixième album et délaisse pour la première fois le label chrétien pour Rude Records. Si à ses débuts, le groupe de Seattle surfait sur une vague très tendance entre emo et hardcore plus dur, la mer s’est depuis calmée, au point de faire financer ce nouvel album par une campagne de crowdfunding.

Eidola – Degeneraterra

Ça fait longtemps que le genre emo est aux oubliettes, pas vraiment d’albums marquants dans le genre depuis quasiment 10 ans. Eidola, obscur groupe de Salt Lake City, pourrait changer la donne.
Le groupe a semble-t-il beaucoup écouté de groupes emo, et du bon, on pense à Thrice/The Bled pour les moments les plus hardcore, et en parallèle développe des morceaux complexes, progressifs (Kaddisfly, Silent Drive) avec la rapidité d’exécution d’un The Fall of Troy, et même une maîtrise rythmique encore un cran au dessus.