alt/indie rock

The Word Alive – Dark Matter

Envie d’un gâteau de metalcore un peu brOOtal au cœur de sucre qui dégouline ? The Word Alive est fait pour vous ! Cela faisait des années que je voyais ce nom apparaitre sur des festivals ou en première partie de cadors du genre (du genre affiliés Vans Warped Tour) sans jamais avoir posé une oreille sur ce groupe de Phoenix, Arizona, c’est désormais chose faite puisque l’on m’a gentiment envoyé le promo de Dark Matter, leur quatrième album.

Deftones – Gore

Oh que ces flamands roses ont pu me tourmenter! J’ai douté, je le confesse, douté de ce qui est pourtant probablement mon groupe préféré. On a traversé les années ensemble, grandi ensemble, évolué, on s’est aimé, même si on a parfois pris un peu de recul (avec l’album éponyme, que je commence cependant à réhabiliter quelque peu) pour mieux se retrouver (dès le suivant, Saturday Night Wrist). Même si l’album précédent des américains, Koi No Yokan, avait lui aussi demandé des écoutes attentives avant de succomber, je n’avais encore jamais éprouvé cette étrange répulsion que j’ai ressenti à la [...]

O’ Brother – Endless Light

O’Brother sont américains, et même si Endless Light est leur 4ème album, il est probable que vous n’ayiez (vous non plus) jamais entendu parler de ce groupe, qui bénéficie malheureusement d’assez peu de publicité en dehors de sa contrée natale. C’est d’autant plus injuste que la qualité de ce nouvel album est assez époustouflante sincèrement, avec un potentiel d’adhésion assez immense tant le genre pratiqué par le groupe peut être fédérateur.

Can’t Swim – Death Deserves A Name

Can’t Swim est un tout jeune groupe formé l’an dernier dans le New Jersey, un groupe de quatre potes lambda repérés par Pure Noise Records pour la sortie de leur premier EP Death Deserve A Name. Au vu du label, pas trop de surprise à avoir quant au style pratiqué, la pop punk est de mise mais la version de ces mecs qui coulent (vu qu’ils ne savent pas nager) sort un peu des clichés, du moins au début.

Basement – Promise Everything

C’est avec joie que l’on a reçu la nouvelle du retour aux affaires de Basement en juin 2014. Le groupe anglais a en effet décidé de finalement sortir de son hiatus entamé au moment de la sortie de son excellent second album Colourmeinkindness (2012). Un EP (Further Sky, 2014) et un an et demi plus tard, voici que sort Promise Everything, le troisième véritable album du groupe, un condensé de puissance et de mélodies so 90’s. Qui tient ses promesses ?
Ils promettent tout, et effectivement ils les tiennent ces promesses ! Ce nouvel album marque d’abord une certaine [...]

Driftoff – Modern Fear

A force de tourner ensemble, les groupes arrivent à s’entendre tellement bien que parfois, leurs membres en viennent à se mélanger pour en former un nouveau. C’est ici le cas pour Driftoff qui est la réunion de membres de Rosetta, Junius, City Of Ships et Superblonde. Si la plupart d’entre eux ont leur groupe d’origine tournant autour du post-hardcore, on était loin de s’attendre à en trouver dans cette optique !

Bilan 2015 Rock / Prog / Pop – Krakoukass

Après un premier bilan consacré au black et au death et un deuxième abordant les meilleurs albums de metal et hardcore, voici (enfin) la dernière partie de mon bilan 2015 avec cette fois les albums rock, prog et pop qui ont retenu mon attention pour l’année 2015.

San Carol – Humain trop Humain

Bon cette fois j’espère que j’en termine pour de bon avec mes chroniques en retard de 2015… On peut dire que cette foutue année m’aura donné du fil à retordre, avec des découvertes et redécouvertes tardives à la pelle… Je termine donc (ou pas) avec un groupe français qui devrait réussir son incursion de dernière minute dans le top des albums rock de l’année 2015.

Puscifer – Money Shot

On le sait bien depuis longtemps, Maynard James Keenan (la voix de Tool) est un drôle de personnage. Mais même sachant ça, j’aimerais avoir une conversation avec lui afin qu’il m’explique d’où viennent ces idées de pochettes pour son groupe Puscifer. Vous allez me dire : qu’est-ce qu’on s’en bat le steak des pochettes ? Bien sûr la musique d’abord, tout ça tout ça, mais tout de même, on peut légitimement penser que la pochette (désolé d’enfoncer des portes ouvertes) sert à illustrer la musique et à ce titre, devrait être connectée à cette dernière.

Infinity Girl – Harm

Originaire de Brooklyn, Infinity Girl ce sont quatre jeunes gars bercés par la scène post-punk/shoegaze des années 80/90. Un groupe de plus dans le créneau me direz-vous, oui mais à l’instar d’un Cheatahs, ces mecs ont choisi de suivre une voie certes « hommage » mais contenant tout de même quelques libertés par rapport au genre originel…