dark/doom metal

Hegemone – We Disappear

Autrefois cantonné à des sorties black metal originales avec des grands noms du genre tels que Blut Aus Nord, Archgoat, In the Woods… ou encore Arkona (les polonais, pas les russes), Debemur Morti a su diversifier son catalogue et s’ouvrir à des genres moins extrêmes mais toutefois sombres avec une belle exposition du post-metal et assimilés via des groupes comme Latitudes, Terra Tenebrosa ou Dirge. Venant de Poznan en Pologne, Hegemone fait partie de cette seconde catégorie, bien que l’on retrouve pas mal d’éléments de la première sur ce We Disappear.

Petrification – Hollow Of The Void

Faire du neuf avec du vieux, telle a souvent été la tendance, que ce soit dans la mode ou dans la musique. Petrification est donc de ces groupes qui ne jurent que par le son death metal des 80’s voire des 90’s tout en réussissant à le mettre à sa sauce. Si la démo Summon Horrendous Destruction nous avait mis la puce à l’oreille l’an dernier, le groupe de Portland vient nous les atomiser, la puce comme l’oreille, avec ce premier long-format aussi brutal que vicieux.

Anicon – Entropy Mantra

Pas vraiment le plus exposé des groupes de black metal new-yorkais, Anicon contient pourtant des membres de groupes assez réputés dans le milieu: le batteur de Krallice et Woe, le bassiste de Yellow Eyes, le chanteur/guitariste de Trenchgrinder et le guitariste de Pyrolatrous. Actif depuis 2010, le groupe a depuis 2012 sorti au minimum un album par an (EP, splits) et un premier album, Exegeses, en 2016. La version du black metal choisie par Anicon est un mélange de différentes écoles du genre, traditionnel mais pas que, atmosphérique mais pas que…

Lesser Glow – Ruined

A la base Lesser Glow n’était clairement pas un groupe pour moi. Sludge, doom, sont en effet les composantes principales de leur musique sur Ruined, premier album du groupe sorti il y a peu sur Pelagic Records. Je n’avais sur le papier aucune raison de m’intéresser à ce groupe et aucune raison d’écrire quoi que ce fut à son sujet.

Assumption – Absconditus

Aaah les vacances d’été, pour celles et ceux qui ont la chance d’en avoir et de pouvoir voyager, la Sicile semble être une destination toute trouvée pour profiter de la mer et du soleil. Sauf qu’Assumption vient nous démontrer que le temps peut aussi être très ténébreux par là-bas ! Ce duo fondé en 2011 par des membres de Haemophagus (aussi actifs dans bien d’autres projets) entend en effet assombrir l’atmosphère en délivrant un doom/death original.

Obsolete Theory – Mudness

Actif depuis 2010, Obsolete Theory aura attendu huit ans avant de sortir un premier véritable album (ils ont seulement sorti une démo et deux singles entre-temps). Du temps pour affiner son identité sonore et surtout composer au millimètre près ce Mudness, un titre qui aurait pu présager d’un album de stoner voire de sludge, or les italiens ont préféré explorer le metal extrême sous presque toutes ses formes, notamment du black, du death et du doom avec un rendu on ne peut plus massif.

Clegane – Funeral At Sea

Les amateurs de Game Of Thrones auront reconnu le patronyme, Clegane est une jeune formation parisienne née en 2016. Après avoir sorti une démo l’année suivante, le trio revient avec un premier full-length de seulement cinq titres, cependant des titres oscillant entre sept et dix minutes ! Avec de telles durées, on ne s’attendait pas à du grind expéditif bien entendu, non ici la lenteur doom mène les débats, sauf que Clegane s’emploie à se forger une personnalité…

Bridge Burner – Null Apostle

Mini-bémol d’entrée en découvrant le visuel de ce Null Apostle, la trop forte ressemblance de la cover avec celle de Cette Erosion de Nous-Mêmes de Nesseria (toutes deux réalisées par Alex Eckman-Lawn qui a un peu trop recyclé ses idées/couleurs à mon goût) font partir sur un léger apriori. Un détail qui va heureusement être balayé par le son qu’il contient ! Découvert en 2015 avec l’EP Mantras Of Self-Loathing, Bridge Burner revient avec un premier long-format suite à sa signature sur l’excellent label australien Art As Catharsis. Désormais un peu plus exposés, les néo-zélandais reprennent les choses là [...]

Maeth – Whaling Village

Dans le genre découverte-inattendue-devenant-un-album-qu’on-pourrait-écouter-en-boucle, voici Maeth, groupe du Minnesota actif depuis 2011 et déjà auteur de trois albums avant ce Whaling Village. Majoritairement instrumental, le groupe réalise un mélange de genres à tendances progressives, du rock au doom en passant par le post-rock (et même un chouia de black metal et de stoner). Tout ça fait beaucoup mais le quintet a le chic pour sonner personnel et cohérent.

Lychgate – The Contagion In Nine Steps

Troisième album et nouvelle évolution pour Lychgate. Le groupe anglais mené par sa tête pensante Vortigern poursuit sa quête doom/black metal théâtralo-avant-gardiste mais jouant sur The Contagion In Nine Steps avec plus de retenue sur les orchestrations sans pour autant perdre cette atmosphère d’église abandonnée…