dark/doom metal

Leather Glove – Skin On Glass Demo

Une main de fer dans un gant de velours, enfin plutôt de cuir ici. Leather Glove est le nouveau projet solo d’un mec à poigne, le producteur Greg Wilkinson, gaillard dont le tableau de chasse est sacrément impressionnant puisque sont passées chez lui des pointures telles que Noothgrush, High On Fire, Iron Lung ou encore Graves At Sea chez qui il joue encore (tout comme quelques autres groupes comme Laudanum, Brainoil ou bien Deathgrave). Un sacré name-dropping qui nous fait prendre en considération que notre homme apprécie grandement la violence sonique quand elle est looourde ! Et cela se [...]

Verdun – The Eternal Drift’s Canticles

C’est qu’on l’aura sacrément attendu ce premier véritable album de Verdun ! Quatre ans se sont en effet écoulés depuis la livraison de leur réjouissant premier EP The Cosmic Escape Of Admiral Masuka, quatre ans passés en partie sur scène à peaufiner cette forte identité sonore qui est la leur (principalement lors de premières parties de concerts montpelliérains), une identité mêlant toujours sludge, doom et hardcore pour un nouvel écrasement cervical.

Abstracter/Dark Circles – Split

Deux visions du sombre et du désespoir sont au menu de ce split réunissant Abstracter, groupe californien de post-doom-machin-sludge-black metal dont j’avais parlé l’an dernier, et Dark Circles, groupe québecois davantage porté sur le crust dont la démo sortie en 2014 avait fait son petit effet.

Altarage – Nihl

Coucou les revoilou ! Après avoir signé en 2015 un deux-titres fort alléchant pour qui apprécie l’extrémisme musical, Altarage, mystérieuse formation espagnole revient avec un premier album qui ne devrait pas trop dépayser leurs aficionados (là vous êtes censés rire parce qu’ils sont espagnols). Bref, c’est de nouveau un véritable mur de violence que l’on se prend en plein visage !
Nihl prend le même parti que les deux titres parus l’an dernier (deux titres que l’on retrouve d’ailleurs sur cet album), pondre un death metal étrange et personnel, enrobé d’une atmosphère claustrophobique grâce à cet amas d’effets et [...]

Painted Wives – Obsessed With The End

Derrière ce patronyme étrange (où ont-ils été cherché ça?) se cache (bien) le premier album de ce groupe californien que nous découvrons ici bien tardivement. En effet cet album est en fait sorti en 2014 en indépendant (disponible chez CDBaby) mais va bénéficier d’une très méritée réexposition, puisque le groupe vient de signer chez Century Media et qu’Obsessed with the End va ressortir dans une version remasterisée le 29 avril prochain.

Arms Of Ra – Cure

Après de très bons débuts (une démo éponyme et un EP, Unnamed), les parisiens d’Arms Of Ra ont pris une pause de quasiment quatre ans, la faute notamment à l’exil de l’autre côté de la Manche de son chanteur (qu’on connait bien par ici puisqu’il s’agit de Mathieu aka Hororo, ancien chroniqueur chez nous, officiant d’ailleurs aussi chez Nekkral). Un silence peut-être salutaire pour un retour des plus fracassants !

Rotting Christ – Rituals

Tribal, sombre, occulte, ce nouvel effort des grecs de Rotting Christ est tout ça à la fois. Sans changer leur formule gagnante (leur style restant reconnaissable immédiatement), ils la poussent encore plus loin signant ce Rituals sous le signe de l’atmosphère et des ambiances sombres.

Marburg – Polemicist

Marburg est le genre de groupe qui n’a pas de souci pour faire des compromis. Ses membres semblent kiffer autant le metal extrême quelle que soit sa forme, le grind, le punk, le mathcore et même le doom, qu’à cela ne tienne, y’a qu’à tout mélanger ! Et c’est ainsi que Polemicist, leur premier EP, a vu le jour.

Agoraphobic Nosebleed – Arc

Déjà sept ans qu’Agorapocalypse est sorti, premier album sur lequel apparaissait Kat Katz, demoiselle ayant rejoint les deux autres voix d’Agoraphobic Nosebleed, groupe au statut à part dans le petit monde du grindcore. Si le groupe s’est fait discret depuis (mis à part un split avec Despise You et A Jowful Noise, album de Noël très dispensable – tous deux sortis en 2011), c’est pour mieux revenir cette année avec ce très surprenant Arc.

Love Sex Machine – Asexual Anger

Après quatre ans de silence radio, les nordistes de Love Sex Machine refont leur apparition au sein de l’écurie Throatruiner (en partenariat avec Lost Pilgrims) et cette longue période de gestation ne les a pas calmés, loin de là. Avec le recul, je me trouve un peu trop dur dans ma chronique de leur premier album sorti en 2012, peut-être trop engoncé dans un mélange de styles très « à la mode » à l’époque, quoi qu’il soit le groupe n’a pas tellement évolué depuis et poursuit son annihilation de toute âme pure grâce à son sludge de l’enfer !