death/grind

Dysylumn – Occultation

Deux ans après l’EP Chaos Primordial, les lyonnais de Dysylumn font leur retour avec ce Occultation, l’occasion pour nous replonger dans l’obscurité que ce soit au niveau sonore comme au niveau visuel semblant signifier un retour dans l’espace. Le black/death metal teinté de doom du groupe se défait (quasi) intégralement du chaos qui l’habitait autrefois pour partir désormais dans des structures beaucoup plus claires, toujours majestueuses.

Faanefjell – Dovrefall

Le mélange entre folk, viking et black metal est souvent un piège, la scène dite pagan ayant connu une certaine hype il y a quelques années nous gratifiant de groupes plutôt festifs tels que Finntroll, Trollfest et autres Korpiklaani, rameutant en festival de nombreux gueux descendant des bières dans leurs cornes en plastique. Une exposition (et un succès) ne permettant pas vraiment de distinguer les groupes à la musique plus « sérieuse ». Faanefjell appartient à cette catégorie, s’affirmant davantage comme des héritiers de Windir.

Grist – City Of Plight

Repéré il y a trois ans sur In Grindo Veritas (compilation contenant la fine fleur du grind à la française), Grist est un groupe parisien contenant en son sein des mecs ayant fait leurs armes dans des groupes hautement respectables tels que Gorod, Remote, Ritualization et Merrimack. Un background qui ne transparaît aucunement (ou presque) dans ce City Of Plight, premier album d’un grind particulièrement abrasif. Enregistré par un certain William Blackmon qui a travaillé sur de nombreux albums de grind, crust et assimilés (The Arson Project, Passive Dödshjälp, Victims…) et qui est surtout connu pour être multi-instrumentiste chez [...]

NoiSays – S/T

Tout jeune groupe fondé en début d’année du côté de Baltimore, NoiSays a apparemment toujours su ce qu’il voulait faire et n’a pas souhaité trop attendre avant de livrer un premier full-length. Ce qu’il a voulu faire: du mathcore, mais attention, le mathcore version « début des années 2000 », tout en frénésie, liberté d’écriture et imprévisibilité.

Atrament – Scum Sect

Atrament fait enfin son retour ! Composé d’actuels et anciens membres de la fine fleur de la brutalité californienne actuelle (Vastum, Necrot, Mortuous, Abstracter, Moral Void, Black September), le quartet vient donner une suite toute aussi véhémente à son excellent premier LP. Mélangeant une fois de plus la radicalité du crust/punk à la putréfaction du black/death, la recette est une fois de plus une orgie de bestialité.

Fórn – Rites Of Despair

Découverts en 2014 avec le très prometteur The Departure Of Consciousness, les bostoniens de Fórn daignent enfin en donner une suite ! Passant de Vendetta Records à Gilead Media, le quintet en a surtout profité pour faire le plein de funeral doom, rallongeant la plupart de ses titres en ralentissant le tempo bien comme il faut.

Gorod – Aethra

Cela fait près de 15 ans que le groupe bordelais de death technique Gorod est actif, sort des albums et parcoure la France en tournée, évoluant lentement mais surement, progressant album après album, si bien que leurs albums les plus récents sont pour moi à chaque fois un pas en avant. Leurs 3 albums chez Willowtip Records (2005-2009), un des labels américains majeurs du genre les exposaient déjà comme une valeur sure et certainement le meilleur groupe français pratiquant cette musique, mais la notoriété ne fut pas vraiment au rendez-vous et leur nom peu connu meme au sein de [...]

Resumed – Year Zero

Formé en 2007 sous le nom de Holy Terror, Resumed a ensuite décidé de changer de nom, vraisemblablement pour ne pas être confondu avec la frange du hardcore du même nom. Car la musique des italiens n’a vraiment rien à voir, s’orientant vers un death metal à la technique instrumentale très affutée et baignant dans une aura progressive mise en avant.

Carcharodon – Bukkraken

Fondé en 2003 en Italie, Carcharodon est un trio italien annonçant jouer du « macho metal », un style qui comme son nom l’indique oriente majoritairement ses lyrics vers le cul au point de nommer son (seulement) troisième album Bukkraken. Et pour mieux servir de tels lyrics, quoi de mieux que le poids du stoner/sludge accolé à un feeling death’n roll ?

Euclid C Finder – A Standard Basis For The Set Of All Discontent

Euclid C Finder est le projet solo de Michael Mehl de Kiss The Sky Goodbye, Neck First et Egarra. Des groupes qui doivent d’emblée titiller les amateurs de « Myspacecore ». Un peu comme sur ses groupes d’origines, le gaillard mixe grind et mathcore dans une incroyable frénésie.