death/grind

Gorod – A Perfect Absolution

Je ne vais pas faire le type qui apprécie le groupe depuis des lustres. Les français de Gorod sortent là leur 4ème album, et si j’avais écouté Process of a New Decline, je trouvais le style du groupe trop agressif et dense à mon goût, j’en retenais un death technique brutal, en témoigne leurs tournées avec Kronos et Benighted ou Immolation. L’EP Transcendence l’année dernière me remet un pied dans le groupe, j’ai alors commencé à apprécier Gorod à sa juste valeur et, comme ça arrive souvent dans ces cas-là, je suis revenu sur les albums précédents du groupe avec [...]

Cattle Decapitation – Monolith of Inhumanity

Le gruik c’est bien. Le gruik qui sait varier son propos et faire preuve d’un peu de finesse, c’est encore mieux. Nos amis végétariens de Cattle Decapitation l’ont bien compris, et c’est donc ce qui les distingue de la mêlée. C’est aussi ce qui rend leurs albums séduisants et intéressants.
Monolith of Inhumanity s’inscrit dans la droite ligne de ce que propose le groupe depuis quelques albums avec un brutal death de plus en plus imprégné de black, et un côté délicieusement barré incarné par des structures plutôt complexes, mais qui deviennent claires après quelques écoutes seulement, d’autant que [...]

Gojira – L’Enfant Sauvage

5ème album de la formation bayonnaise, dont l’exportation commence à être une réalité bien concrète (notamment aux Etats-Unis où le groupe semble maintenant jouir d’une popularité importante -toutes proportions gardées bien sûr), l’Enfant Sauvage voit Gojira désarçonner ceux qui attendaient d’abord le finalement retardé EP Sea Shepherd (celui où l’on retrouvera moult guests, Randy Blythe, Devin Townsend, Fredrik Thordendal, Anders Friden, Max Cavalera).
Dès le démarrage de « Explosia » et ses harmoniques sifflantes caractéristiques, on sait qu’on est en terrain connu. Il y a bien un final un peu original avec ses sonorités presque moriconniennes, mais lorsqu’on est familier du [...]

Whourkr – 4247 Snare Drums

Il y a tellement de choses à dire sur le dernier Whourkr (sorti le 14 mai 2012). En tout cas, dès le premier contact, il m’a vendu du rêve.
D’une part, commençons par le commencement : Whourkr est un projet au sein duquel Gautier Serre, alias Igorrr, est le seul contributeur permanent. « 4247 Snare Drums » est le troisième album de ce projet, en collaboration avec ce taré de Mulk, tandis que le premier album, « Naät« , a été créé avec Öxxö Xööx et le second, « Concrete« , avec -i snor. Öxxö Xööx a cependant participé à « Ostina » et « Arithmetic Punishment« , deux des [...]

Prophecy of Doom – Total Mind War

Ce n’est pas à Jim Whitely que l’on va raconter l’histoire du grind, lui qu’on pouvait déjà retrouver sur la face B de l’immense et déjà bien entamé Scum des britishs de Napalm Death. Oh il y avait déjà du beau monde dans les rangs de l’usine à gaz, sur la Face A du disque on pouvait retrouver l’ami Broadrick, avant qu’il ne forme Godflesh, en compagnie de Bullen et Mick Harris tandis que sur l’autre face Lee Dorian, le démiurge de Cathedral, poussait le bout de gras en compagnie de Bill Steer le tirailleur guitariste à plein temps [...]

Poisonous – Perditions’den

Vous êtes sans doute des dizaines de milliers à vous rappeler de ma chronique d’Impetuous Rage. Séduits par le death Monstrosityien que pratiquaient ces Brésiliens, j’entends encore d’ici votre cri de désespoir lorsque vous avez appris comme moi qu’en 2009 ils avaient décidé de splitter.
Mais le Brésilien est tenace et sait renaître de ses cendres. Pour preuve, les 3 mêmes olibrius remettent le couvert sous un autre nom : Poisonous.
Quel est l’intérêt de se suicider juste après un premier album pour débarquer quelques mois après avec un… autre premier album ? Si les 2 entités avaient employé les mêmes [...]

Carnage – Let the carnage begin

Derrière ce patronyme et ce titre ô combien originaux et cette pochette tout droit sortie des 90’s se cache une petite pépite sortie en 2011.
Enfin quand je dis sortie… disons qu’elle ne risque pas d’attraper froid car elle montre à peine le bout de son nez infâme tellement la promo est inexistante. Alors, certes, le groupe n’a pas de label (ce qui est proprement scandaleux, je pèse mes mots) ; mais, en 2012, il existe quand même quelques moyens de communication permettant de faire circuler son nom un minimum !
Oh les gars (labels et groupe), sortez-vous les [...]

Kerasphorus – Necronaut

Alors que la page Angelcorpse se refermait; Pete Helmkamp bouclait un chapitre de l’histoire du groupe mythique pour s’en aller vers d’autres terres sous d’autres cieux, toujours plus à l’ouest. En arrivant à San Francisco, il lui fallait bien trouver un truc à faire, un truc vite tapé pour y cracher son mauvais karma. L’idée a germé en quelques mois, et à la fin de l’année 2009 naissait Kerasphorus , pile photovoltaïque chargée à l’énergie noire prête à dérider les enceintes de la scène underground locale.Pour l’accompagner c’est un habitué des planches du coin qui se chargerait des parties [...]

Muknal – Muknal

Seigneur des profondeurs Muknal l’est. Le trio américain a envoyé sur le marché le genre de petit EP qui peut mettre d’accord les chercheurs de pépites, surtout ceux qui ont voué leurs recherches aux minerais que l’on ne trouve que dans ces galeries inaccessibles et dont les eaux croupies dissuadent les plus farouches aventuriers. Par opposition aux signifiants lumineux trop volatiles Muknal a réservé sa cataracte auditive à son vocabulaire le plus puant, trois titres qui servent à poser les bases très certainement.
Trois titres qui ont une tenue toute particulière, toute nécrotique, et les cavistes qui invitent au [...]

Putridity – Degenerating Anthropophagical Euphoria

Qu’est ce que le brutal death si ce n’est la forme la plus extrême du death ? Celle qui témoigne avec une force toute bestiale de la barbarie des élans des psychopathes du mouvement. Le genre d’usine à fabriquer de la peur par tonneaux, la plâtrée pour les gorets. Le but ou la motivation esthétique est simple : aller chercher toujours plus loin les derniers sillons sur lesquels l’air est encore respirable, et y distiller son gaz jusqu’à la Suffocation.
Asphyxie, oppression et béton armé.  Chaque espace libre, celui là même qui pourrait servir de break ou de plage reposante [...]