death/grind

Humanity’s Last Breath – S/T

« Le dernier souffle de l’humanité », tout un programme ! Derrière ce patronyme pas piqué des hannetons se cache un jeune groupe suédois ayant sorti auparavant deux EPs: Reanimated By Hate en 2009 et Structures Collapse en 2011. Peu d’évolution entre ces derniers et ce premier album éponyme, Humanity’s Last Breath évolue dans une mixture de deathcore et de djent mais avec un son beaucoup plus massif désormais.

Dead In The Dirt – The Blind Hole

Après deux EPs particulièrement prometteurs, les crusty-grindeux Dead in the Dirt passent au long format avec The Blind Hole, reprenant leur processus de lattage intensif là où ils l’avaient laissé, en 22 titres pour même pas 24 minutes cette fois.

Gorguts – Colored Sands

Il y a douze ans, le groupe québécois Gorguts sortait son quatrième album « From Wisdom to Hate« , un truc obscur et fouillé comme pas deux, à la croisée des chemins entre la sombreur du death-metal et les dissonances de ce qu’on n’appelait alors pas encore le post-black. Inspiré et équilibré, l’opus allait de la barbarie savamment construite à des ambiances plus éthérées mais toujours ténébreuses, et suivait le grand « Obscura« , celui qui avait définitivement fait entrer Gorguts dans la cour privée de l’avant-garde, et qui était devenu pour beaucoup d’amateurs de metal avant-garde (dont je suis) un instant classic.

Slugdge – Born of Slime

Oh le méchant OMNI que voilà… Je commencerai cette chronique par remercier mon ancien camarade Eklekticien Cava sans qui je ne vois pas très bien comment j’aurais pu tomber sur ce groupe. C’est que ni le nom du groupe ni la pochette ne m’auraient a priori donné envie de m’arrêter dessus si j’avais déjà eu le commencement d’une opportunité de les voir. En tout cas c’eut été une tragique erreur car le poutrage est là et bien là. Quel album!

Beyond – Fatal Power of Death

Bon cette chronique est l’occasion de lancer un appel : bonne plume, tu es fan de death, tu t’envoies à longueur de journées des albums de bourrins, tu aimes les blasts, les growls, tu connais tous tes classiques par coeur, mais tu as aussi l’esprit large et tu veux partager ta passion, rejoins-nous! Écris-moi à l’adresse suivante : krakoukass@eklektik-rock.com.
En attendant que tu nous rejoignes pour en parler bien mieux que moi permets-moi quand même de partager mon coup de cœur pour ce premier album des allemands de Beyond sorti après une démo.

Blockheads – This World is Dead

Le grind c’est sympa mais ça peut vite devenir monotone et s’enfiler un album de 30 minutes dans ce style n’est pas toujours chose aisée. Alors quand certains groupes réussissent à maintenir la tension et la qualité d’accroche de leur musique sur 24 titres et plus de 30 minutes, il faut savoir simplement dire « bravo ». Et c’est précisément la performance accomplie par les français de Blockheads sur This World is Dead sorti cette année.

Bölzer – Aura (EP)

Loin d’être un spécialiste et acharné de gros death metal qui tache je n’en sais pas moins apprécier les bonnes offrandes de viande fraîche quand elles se présentent. Et sur ce plan les suisses de Bölzer (duo guitare-voix / batterie) ont réussi à me captiver immédiatement à l’écoute de leur EP Aura, faisant suite à une première démo (sortie uniquement sur cassette – sic), Roman Acupuncture.

Dark Tranquillity – Construct

Je devrais maintenant être habitué avec eux car depuis maintenant 3 albums, je me fais avoir de la même façon : ne pensant pas être un adepte du groupe, j’écoute paresseusement et sans le moindre empressement leur nouvel album et bim! Je succombe et m’extasie alors subitement. On a parfois la mémoire courte, mais heureusement chaque nouvel album du groupe est suffisamment réussi pour venir rafraîchir cette défaillante mémoire.

Totem Skin – These Ghosts Are Haunting Our Halls

Encore un nouveau venu dans la sphère des « bandcamp/name your price ». Avec un nom pareil, Totem Skin aurait pu être un groupe russe ou fan de Sergei Eisenstein (du Cuirassé Totem Skin surtout… pardon aux cinéphiles) mais non, il s’agit seulement d’un tout jeune groupe suédois originaire de Borlänge et Falun, pas vraiment les patelins les plus fameux du coin.

Supuration – CUBE 3

Sortir une trilogie sur une période de vingt ans de temps, voilà qui est peu banal. Qu’on se rassure, le groupe nordiste Supuration n’a pas été muet pendant les dix ans qui ont séparé The Cube (1993) de Incubation (2003), et les dix suivants entre Incubation et CUBE 3, sorti en ce début d’année 2013. Le groupe a sorti pléthore d’albums sous sa forme plus « accessible », S.U.P., mais c’est bien à la facette death metal du combo ch’ti que nous avons affaire avec CUBE 3.