emo/screamo/noise

The Dangerous Summer – S/T

Formé en 2006 dans le Maryland, The Dangerous Summer a réussi à séduire Hopeless Records alors que le groupe était encore au lycée. Le quartet réalisera par la suite deux EPs puis quatre albums sur le même label avant de stopper ses activités en 2014 lorsque AJ Perdomo, chanteur/bassiste décidera de tout stopper. Cinq ans plus tard, il reviendra sur sa décision et relancera le groupe, sous forme de trio désormais vu que le guitariste backing est en train de faire une peine de prison pour cambriolage. Un nouveau départ concrétisé en ce début d’année par ce nouvel album [...]

The Central – Sick And Dying

The Central est un duo guitare/batterie du Wisconsin très productif depuis ses débuts (de très nombreux EP et albums) et ultra inventif, mixant math rock et influences davantage post-hardcore (avec plein d’autres sonorités plus ou moins expérimentales). Découvert pour ma part avec leur précédent album Discovery Of A Rat (2016), ce Sick And Dying poursuit dans le même sillage, constitué de moments de folie côtoyant d’autres plus atmosphériques, tout ça avec un maximum d’inattendu…
« Polio Dancer » donne le ton, un mélange d’harmonies vocales à l’ancienne sur fond de rythmiques sautillantes alternées avec une folie autant instrumentale que vocale, on [...]

MouthBreather – Pig

2017 est derrière nous depuis quelques mois mais on n’en a clairement pas fini de dénicher des perles passées inaperçu à cette période. Dernier exemple pour ma part que ce Pig de MouthBreather, jeune groupe originaire de Boston livrant un furieux et réjouissant premier album mixant grindcore et éléments plus expérimentaux du hardcore, chaotique le hardcore, cela va de soi !

Tiny Moving Parts – Swell

Quartet devenu trio depuis Celebrate (2016), Tiny Moving Parts n’en a pas pour autant perdu son inspiration. Le groupe du Minnesota, actif depuis une petite dizaine d’années, voit en effet avec ce Swell ses qualités d’écriture décuplées, faisant toujours la jonction entre emo façon midwest et pop punk plus moderne, le tout avec ces touches math-rock sensibles.

Rotting Sky – Sedation

Rotting Sky est le projet solo de Tim Messing (ex Nux Vomica, groupe regretté de crust punk de Portland). Pour Sedation, son premier album (quatre titres pour environ 40 minutes), le gaillard a troqué les riffs frontaux de son style originel pour partir dans un black metal à tendance noise et drone. Ce premier album, paru une première fois en 2014, connait aujourd’hui une ressortie remasterisée chez Sentient Ruin Laboratories, trouvant ici un concurrent de poids à un autre de ses groupes: Sutekh Hexen.

Necrodancer – Void

Necrodancer, c’est la réunion de membres (ou ex-membres) de groupes s’étant fait un nom dans le petit monde du hardcore (au sens large du terme) franco-belge, ces derniers ont en effet fait leurs armes chez Verdun, Daggers, Death Mercedes et L’Homme Puma. Du beau monde qui a décidé de troquer leur style originel pour un gros rock de squats, urbain et crade, mâtiné de punk et de (black) metal.

Removalist – S/T

Oh que j’aime ces découvertes faites au hasard d’un clic sur Bandcamp ! Removalist n’avait pourtant pas grand chose d’aguicheur entre son nom assez passe-partout et sa cover d’album plutôt sobre. Ces australiens actifs depuis 2012 livrent pourtant ici avec leur premier full-length éponyme une méga torgnole de « blackened hardcore » (mais pas que), et ma première vraie surprise de 2018.

Deadly Bells/Whoredom – Execution Parade

Amateurs de découvertes grind/powerviolence, voici un split réjouissant qui nous démontre que la scène de l’est est particulièrement active. Deadly Bells, trio biélorusse rencontre donc aujourd’hui Whoredom, duo voisin (russe donc) pour une Execution Parade qui porte bien son nom !

Black Turpentine – Failure

Les envies emo de Converge sur son dernier album vous ont déçues ? Vous appréciez le hardcore chaotique de la fin des 90’s ou début 2000 ? Black Turpentine pourrait bien très fortement vous réjouir ! Formé du côté de Bordeaux en 2014, le jeune groupe livre avec Failure un premier album au bon goût de chaos authentique…

sittingthesummerout – Brick and Mortar

Après Pas du Tout (2015) et Could It Rain Forever? (2016), les milanais de sittingthesummerout sont de retour avec un troisième EP au titre parodiant l’une des meilleures séries d’animation de ces dernières années (Rick and Morty, pour les largués). Musicalement, le quintet n’est pourtant pas vraiment dans le même délire, au contraire même puisque leur post-hardcore s’oriente plus vers la mélancolie.